Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Toxicité des pyréthrinoïdes chez le chat

C'est une discussion Toxicité des pyréthrinoïdes chez le chat dans le forum Chats, dans la catégorie Vos Animaux ; ...

  1. #1
    Dictaphone ambulant
    Âge
    36
    Messages
    4 347
    Date d'inscription
    mai 2007

    Toxicité des pyréthrinoïdes chez le chat

    Bonjour,

    Avec l'autorisation de l'émetteur, voici un article rédigé par le vétérinaire qui tient un célèbre blog à propos d'une famille de substances chimiques qui peut s'avérer très toxique pour les chats.
    Sa remarque étant qu'il y a beaucoup de précisions utiles dans les commentaires, je les mettrai également en citation.

    Voici le lien de l'article :
    http://www.boulesdefourrure.fr/index.php?post/2011/09/20/Toxicit%C3%A9-des-pyrethrino%C3%AFdes-chez-le-chat

    Il y a pas mal de liens avec l'article que je ne donnerai pas ici, je vous conseille donc vivement d'aller les consulter sur le blog.

    La citation du tout ^^

    Comme régulièrement, je lis sur le net un post ou un billet rapportant une intoxication à la perméthrine chez un chat. Les commentaires sous cet article alternent le pire comme le meilleur, entre indignation sincère mais sans recul, et informations pertinentes et foireuses (et qui a pris garde à la réponse d'un membre de la société commercialisant ce produit, au fait ?). Je vais donc me fendre d'un billet, histoire de casser une ou deux idées reçues, et confirmer ou infirmer certaines affirmations.Les pyréthrinoïdes sont nos amis

    Les pyréthrinoïdes sont une famille d'insecticides dérivés des pyrèthres, des insecticides végétaux utilisés depuis des millénaires et issus du chrysanthème (on dirait une intro de dissert', non ?). Les plus anciens sont, par exemples, l'alléthrine et la phénothrine : c'est facile, les scientifiques leur ont collé un suffixe en -thrine, si vous regardez les étiquettes des produits que vous avez à la maison. On peut citer, par ordre d'apparition et pour aider Google à trouver ce billet : la perméthrine, la cyperméthrine, la deltaméthrine et le fenvalérate (oui des fois les scientifiques, ou en tout cas ceux qui donnent leur nom aux molécules, se lassent d'une bonne idée).
    Peu ou pas utilisées au début du vingtième siècle, ces molécules sont revenues en grâce parce qu'elles sont rapidement dégradées dans l'environnement, et donc peu polluantes (ce qui ne veut pas dire pas polluantes, mais à côté du DDT ou du lindane, c'est de la rigolade). Si vous deviez faire un bain de pyréthrinoïdes à votre chien pour le débarrasser de ses aoûtats, laissez l'eau dans la bassine en plein soleil, la molécule sera rapidement dégradée. Ne balancez pas le produit non dégradé dans vos massifs de fleurs (ouille les abeilles et les autres) ou dans la mare d'en bas (boum les notonectes, et aussi les poissons, d'ailleurs, j'y reviendrai). Et non, en mettre sur votre chien n'est pas dangereux pour l'environnement, d'autant que les abeilles ne butinent pas ses cages à miel.
    Ces molécules sont des neurotoxiques, chez les insectes comme chez les mammifères. Pourtant, on les utilise largement pour traiter, d'une part l'environnement domestique (lutte contre les puces essentiellement) et les animaux eux-mêmes. Mais pas tous, et pas n'importe comment !
    Chez le mammifère, le produit est appliqué sur la peau, via shampooings, sprays et spot-on.
    Il diffuse très lentement vers le sang : la dose reçue par l'organisme à un instant donné est donc très faible.
    La destruction, puis l'élimination des pyréthrinoïdes (notamment par le foie, mais aussi dans la peau et le sang) est par contre très rapide : il n'y a donc pas de stockage significatif (dans le cadre d'une dose normale !) dans le corps, et notamment là où c'est dangereux : le système nerveux.
    Si l'animal lèche le produit qui lui a été mis sur la peau, pas de panique : l'absorption digestive est faible, et le produit qui passe dans les veines mésentériques est détruit dans le foie. La toxicité digestive, par irritation, est liée aux excipients (les produits qui servent à aider les pyréthrinoïdes à rentrer dans la peau), et elle est de toute façon très modérée avec les produits destinés aux animaux de compagnie.
    La tolérance est donc très élevée chez les mammifères. Pas de risque, donc, d'intoxiquer votre chien, votre cheval ou votre vache, ou vous-même, en lui en appliquant sur la peau, ou même si, en se léchant, votre animal avale tout ou partie de sa dose.
    Pas de risque non plus de surdosage, à moins de faire vraiment n'importe quoi (le flacon entier de produit pour vache sur le caniche, ça finira mal, oui).
    D'ailleurs, d'une manière générale, lisez attentivement la notice des antiparasitaires que vous achetez, et respectez les indications qui s'y trouvent. On vous dira de respecter le dose, de ne pas l'utiliser sur des femelles en gestation, sur de très jeunes chiots (< 6 semaines)...
    Les pyréthrinoïdes et les chats : l'arme fatale du CCC

    En ce qui concerne les chats : ces animaux ont un sévère défaut en une enzyme de détoxification banale (chez les autres mammifères), la glucuronyltransférase. Son boulot est de coller sur des produits toxiques un espèce de tag qui dégrade la molécule et la destine aux ordures. Je le redis en français : un toxique arrive dans le foie, les cellules du foie le prennent en charge, le reconnaissent pour "étranger et indésirable", essaient de le couper en petits bouts et lui collent sur la tronche une étiquette sucrée qui abîme le produit toxique et le fiche à la poubelle. Sauf que chez le chat ce processus d'étiquetage ne fonctionne pas du tout. C'est valable pour les pyréthrinoïdes, mais aussi pour nombres d'autres molécules "étrangères" au chat, comme le paracétamol (je ferai un billet sur le sujet, promis) ou nombres d'huiles essentielles.
    Et pour ceux qui se posent la question : oui, je simplifie l'extrême complexité du métabolisme hépatique, si vous voulez aller plus loin je vous conseille un bouquin de toxicologie et de physiologie hépatique.
    La perméthrine et ses copains sont donc hautement toxiques pour les chats !
    Les symptômes les plus souvent décrits chez les chats sont des tremblements musculaires, une myoclonie, de l'hyperesthésie, des convulsions, de l'hyperthermie, de l'hypersalivation, de l'ataxie, une mydriase voire une cécité temporaire (par ordre décroissant de fréquence). Ils commencent à apparaître dans les 1-40h suivant l'application d'un spray ou spot-on (médiane 8 heures).
    La bonne nouvelle, c'est que ces symptômes sont réversibles.
    La mauvaise, c'est que le chat risque de mourir, le temps qu'ils disparaissent.
    Le boulot du vétérinaire est donc essentiellement de maintenir le chat en vie et de gérer les complications.
    Si vous avez du temps à perdre avant d'amener votre chat empoisonné à votre véto (mauvaise idée, mais supposons que vous attendez un taxi, ou que la route sera très longue), lavez votre chat à l'eau tiède (pas chaude, pas froide !) avec du savon s'il a le produit sur la peau.
    Vous pouvez traiter l'environnement (la maison) avec ces molécules, même si vous avez des chats, mais pas en leur présence. Ne les laissez pas rentrer avant d'avoir bien aéré. Choisissez une formulation en diffuseur, qui ne risquera pas de laisser des dépôts comme un produit à diluer dans un seau et à passer sur le sol, par exemple. Vous mettez le diffuseur en action, vous partez, vous revenez trois heures plus tard, vous ouvrez tout en grand, et quand c'est bien aéré, vous laissez les chats rentrer.
    Si vous mettez sur votre chien un spot-on à base de pyréthrinoïdes, et qu'il est très proche de votre chat, séparez les, histoire que le chat ne s'allonge pas sur son dos et ne se prenne pas le produit.
    Attention : ces produits sont très toxiques pour les poissons (et les batraciens). Évitez d'utiliser les diffuseurs pour l'habitat si vous avez un aquarium !
    Les oiseaux y sont par contre très résistants.
    En passant, parlons "chimique" vs "naturel"

    Alors vous allez sans doute vous dire : "bon, ok, il dit que c'est pas dangereux si c'est bien utilisé, mais dans le doute, je voudrais un truc plus naturel".
    Déjà, n'oubliez pas que les produits naturels sont tout aussi chimiques que les produits artificiels, cette distinction ne veut rien dire. On peut parler de degré de purification, de complexité, de potentialisation ou de tout un tas de truc, mais si c'est actif, c'est grâce à la chimie. Et l'homme n'a pas plus inventé la chimie que l'électricité. Les pyrèthres sont chimiques et naturels, comme l'azadirachtine de l'huile de neem, le curare ou la digitaline. Efficaces et dangereux.
    Vous lirez sans doute, au détour du net, un article ou un post sur un forum conseillant l'utilisation d'huiles essentielles, comme celle de Tea-Tree. Encore une fois, prenez garde aux huiles essentielles ! Ce n'est pas parce que quelque chose est naturel que ce quelque chose est bon, ou meilleur qu'un produit de synthèse, que ce soit en termes d'efficacité, ou d’innocuité. Tout le monde sait qu'il y a plein de plantes toxiques, que la dose fait le poison, etc... Ben c'est pareil pour les huiles essentielles. Dans le doute, abstenez-vous, et n'oubliez jamais que les chats sont particulièrement sensibles à tout un tas de produits inoffensifs pour d'autres mammifères (et maintenant vous savez même pourquoi).
    Alors, oui, je sais qu'on va encore me dire que l'aromathérapie, c'est super, etc. Bon, soyons clairs : je n'y connais rien. Je sais que les huiles essentielles sont pleines de molécules chimiques très actives, et qui peuvent être très efficaces, donc non, a priori, je n'ai rien contre les huiles essentielles. Par contre, qui a sérieusement (je veux dire, vraiment sérieusement, pas juste lu trois bouquins !) étudié le sujet ? Qui peut me donner le titre d'un livre plein de références sérieuses, de publications scientifiques, en double aveugle et tout le reste ? Sans ce type d'études fiables, on en reste à une méthode d'essais-erreurs sur des cas individuels, d'approximations et d'application de recettes dont personne ne connaît la source. Et avec ce genre de méthodes, je continuerai à voir des chats intoxiqués aux huiles essentielles, et des peaux de chiens cramées par des shampooings en contenant. Non, pas à chaque fois, pas dans tout les cas, les pures sont dangereuses, les diluées moins, ok, dans quelle mesure ? Quelle est la marge de sécurité pour la propriétaire d'un chat qui veut bien faire et utiliser des produits naturels pour ses animaux ? Et vous rendez-vous compte de votre responsabilité quand vous propagez ce genre de recettes ?
    Notes diverses

    Parce que les conflits d'intérêt, c'est pas pour les chiens :
    Je suis vétérinaire : oui, je prescris et vends des produits à base de pyréthrinoïdes, mon billet devrait suffire à vous expliquer pourquoi. C'est pour cela que je les connais bien. Non, je ne fais pas fortune grâce à eux, et ne suis lié à aucune société en commercialisant, autrement que par ma relation de détaillant à un fournisseur. Je ne vends pas ces produits comme je vendrais des baguettes de pain : il y a des indications, des contre-indications, des usages recommandés et efficaces, d'autres qui ne le sont pas. Des alternatives, aussi. C'est mon boulot, de conseiller mes clients. N'hésitez jamais à demander conseil à votre vétérinaire !
    Parce qu'avec des publications scientifiques, c'est mieux :
    Clinical effects and outcome of feline permethrin spot-on poisonings reported to the Veterinary Poisons Information Service (VPIS), London
    Feline permethrin toxicity: retrospective study of 42 cases
    Poisoning due to Pyrethroids
    Pyrethroid insecticides: poisoning syndromes, synergies, and therapy
    Use and abuse of pyrethrins and synthetic pyrethroids in veterinary medicine
    Tea-Tree :
    Toxicity of melaleuca oil and related essential oils applied topically on dogs and cats
    Australian tea tree (Melaleuca alternifolia) oil poisoning in three purebred cats (texte intégral)
    Mes remerciements aux twittos qui m'ont donné un coup de main pour la rédaction de ce billet, spécialement à @Emita__

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #2
    Dictaphone ambulant
    Âge
    36
    Messages
    4 347
    Date d'inscription
    mai 2007
    (ah bah les liens sont quand même actifs, vive les C/C ^^ )

    et les commentaires, pour des raisons de confidentialité je supprime les pseudos des personnes ayant laissé un commentaire.

    Je vous rappelle que je ne suis pas vétérinaire ou chimiste, juste lectrice, donc je ne pourrai que difficilement répondre à la moindre question ici xd ce post est à titre informatif pour ceux qui souhaitent s'informer de façon plus formelle sur le sujet.

    Commentaires

    1.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 19:28Lectrice depuis un moment, fille de vétos, "mémère à chat"... ce coup ci, je commente !
    Et je n'ai pas grand'chose à dire : Merci, et bravo !
    2.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 20:22Alors moi j'ai juste une petite question, peut être un peu bête... J'ai pas de chats, mais des lapins, qui sont aussi très fragiles et supportent peu de choses... Est ce que ces composés chimiques sont mauvais pour eux aussi ?
    Fourrure :
    De mémoire non, mais je vérifierai. Je prescris de l'imidaclopride, mais heureusement ils en ont rarement besoin.

    3.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 20:23Dans les pipettes que j'utilise une fois l'an il y a de la fipronil, est ce une substance dangereuse pour un chat
    Fourrure :
    Si c'est un médicament, pas un produit phytosanitaire, et qu'il y a indiqué "chat" dessus, vous pouvez y aller. Sinon, non.
    Sur un médicament, quelque part, il y a un numéro qui commence par les trois lettres AMM, qui signifient Autorisation de Mise sur le Marché. Cela signifie que des études d'innocuité ont été réalisées.
    Bien sûr, certains penseront aux malversations entourant un médicament pour humains dont on a beaucoup parlé. Et à cause de ces connards, beaucoup vont se méfier des médicaments en se disant qu'on ne peut avoir confiance en personne. Bon, ben c'est comme tous le reste : il y a toujours quelques enfoirés, mais il y a aussi beaucoup de gens qui font bien leur boulot.
    En ce qui concerne la molécule dont vous parlez, vous pouvez y aller sans inquiétude, en respectant les indications sur la notice. Les effets indésirables sont rarissimes et liés à des intolérances individuelles ponctuelles (souvent aux excipients, d'ailleurs), peu graves et réversibles.

    4.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 21:32DU chrysanthème!
    Une transfÉrase.
    Le lindane ne résiste guère aux UV, à moins d'en perdre un container dans la Manche (déjà fait), ça va aller.
    Fourrure :
    Il y a une règle sur le net qui précise qu'une personne qui commente en soulignant une faute en fait forcément une dans son commentaire. Et vous ne la respectez même pas, et mon dictionnaire des difficultés de la langue française est d'accord avec vous, en plus.

    5.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 21:51Je pense que les gens comme Blandine veulent surtout diffuser une information qui est trop peu connue des propriétaires de chats.
    A moins d'avoir entendu parler du problème lié à cette molécule dans son entourage, on est vraiment ignorants et potentiellement susceptibles de causer la mort de nos petites boules de poils.
    Merci pour ces éclaircissements!
    6.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 22:08J'utilise (un peu) les huiles essentielles en cosmétique et pour l'entretien de la maison, et (très peu) en automédication.
    Je n'ai aucune connaissance réellement scientifique de leurs mécanismes (désolée, Fourrure -mais la page de Passeport santé consacrée au sujet comprend une bibliographie qui pourrait peut-être vous intéresser?). Cependant, les deux ou trois bouquins (et quelques sites internet) que j'ai lus sur la chose - et qui étaient un peu sérieux quand même - disaient tous la même chose en introduction ou en avertissement : sauf à être expert en la matière, on n'utilise JAMAIS les huiles essentielles sur des jeunes enfants, ni sur des animaux domestiques, ni en application directe sur la peau.
    (et si je savais mettre du gras dans les commentaires, je l'aurais fait sur la phrase qui précède

    Certaines HE peuvent irriter la peau, voire entraîner des réactions neurologiques en cas d'application directe, certains animaux ne savent pas les métaboliser (cf. votre explication sur les chats), et jusqu'à un certain âge idem pour les enfants. Donc, à moins d'être ultra pointu en la matière, et de connaître précisément les caractéristiques chimiques des HE que l'on utilise (et le fonctionnement biologique des êtres vivants auxquels on les destine!) on s'abstient dans ces trois cas.
    Pour l'humain adulte, on dispose quand même d'un peu de recul et d'expérience sur les usages. Mais, pour un usage en automédication, il n'est pas interdit d'en parler avec son pharmacien - si on veut utiliser ces produits, il est souhaitable d'en trouver un que cela intéresse (ce qui n'est malheureusement pas la cas de tous ceux qui en vendent.
    Le terme "huile", dans huile essentielle, entraîne une confusion avec les huiles végétales, et donne l'impression qu'il s'agit de substances peu actives. Or, leur intérêt réside justement dans le fait qu'elles sont très efficaces - et donc pas inoffensives.
    Mes excuses pour ce long HS sur un sujet qui me tient à coeur : les HE sont des produits pleins de potentiel, mais il est un peu inquiétant qu'elles soient vendues et utilisées avec une certaine légèreté (à côté des savons et des fleurs de bach, souvent...).
    7.
    Le mardi 20 septembre 2011 à 23:14C'est vrai que c'est dommage que les HE ne soient pas plus prises au sérieux. D'un côté comme de l'autre d'ailleurs (tous ceux qui veulent les utiliser ne sont pas des bobos-bio-anti-tout, et ce n'est pas non plus parce que c'est naturel que ce n'est pas toxique ...). Pour ma part, j'ai arrêté : trop aléatoire tant qu'elles ne sont pas chémotypées, et trop dangereux surtout avec un chat dans les pattes ...
    Enfin, cela confirme mon idée de me méfier des "super anti insectes super naturels" dont on m'a parlé ... à disposer partout et à base de pyrèthre (mais na-tu-rel hein ^^') ...
    Question (sans doute très très bête mais bon ... ) : est ce que le fait de donner du foie (d'un autre mammifère) à un chat pourrait lui permettre d'être "moins empoisonné", d'évacuer les molécules toxiques plus vite en cas d'intoxication massive ?
    Fourrure :
    Non. Les protéines responsables de ces réactions sont digérées dans l'intestin, comme les autres protéines.

    8.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 05:50Merci beaucoup de m'avoir répondu. Il y a effectivement une AMM. Il est noté aussi usage vétérinaire et c'est spécifique pour les chats. C'est un traitement à poser sur la peau contre les puces etc.
    9.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 08:43Je suis coupable! Coupable mais heureux.
    Heureux que vous ayez pris le temps d'effectuer des recherches bibliographiques pour répondre au blog qui a initié ce billet. Pour ma part, je me suis contenté de faire part de mon retour d'expérience (commentaires n°35, 36, 53 et 64), et c'est bien pour cela que je plaide coupable...coupable de généralités au risque d'approximation...
    Heureux d'avoir appris quelque chose: que les cas d'intoxication féline que j'ai attribué autrefois au léchage d'un chien colocataire sont plus probablement liés à un contact cutanéo-cutané.
    Heureux que, peut-être, le fait d'avoir dirigé les commentaires du blog voisin vers le vôtre permettront de donner une information claire, réfléchie et surtout vérifiée aux aventuriers du net.
    Keep up the good work!! Vous êtes à mon sens le titulaire du blog le plus intéressant et stimulant de la sphère vétérinaire!
    Un confrère.
    10.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 11:11Un excellent billet (bon, ça: comme toujours) mais avec une référence au CCC des nuls, ça c'est chouette!

    11.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 13:30Hasard du web, je suis à la fois depuis longtemps le blog de laurel et le votre (vous êtes une plume dont je ne me lasse pas, chaque article est un régal).
    Bref, j'avais évoqué les pyréthrinoïdes alors qu'on traitait là bas de la perméthrine seule.
    N'étant pas véto je n'avais que les informations du web et j'attendais ma prochaine visite au mien (de véto ) pour avoir une information à laquelle je pourrais me fier.
    Merci de m'éviter cette attente ! Et maintenant que j'ai fais le premier pas je reviendrai commenter
    12.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 13:56Beaucoup de vétérinaires m'ont conseillé des inhalations de pérumachin à base d'huiles essentielles pour mon chat atteint de coryza chronique ... est-ce dangereux?
    Fourrure :
    Je regarderai la composition.

    13.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 15:01je conclue de tout cela qu'avec ma vieille maison aux planchers et cloisons bois (précision utile) à chats (3 adultes et 4 petits de 2 jours) et à poissons (2000L d'aquarium en tout, je détaille pas)... je suis pas dans la m*** pour parvenir à bout des puces qu'on a partout ! grrr!!
    je passe l'aspirateur tous les jours aux endroits où j'en vois le plus et sinon... ben je les attrape sur moi parceque j'ai le don d'attirer le moindre insecte à des km à la ronde, et me faire piquer par les puces, en plus... saloperies !
    bref... je galère...
    elle n'a pas de prédateur, la puce ?
    14.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 15:37@ Maïpi : si, le singe hihihihihihihihi
    15.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 17:13à noter que j'ai eu à soigner (et déplorer le décès malgré les soins importants mis en oeuvre) d'un chat traité à l'aide d'un spot on (pipette) pourtant destiné au chien et au chat d'après l'emballage, d'une marque présente exclusivement en pharmacie, mettant en exergue le fait que le produit est "naturel".
    Le principe actif était du géraniol (= rhodinol). Le chat était parvenu à lêcher le contenu du spot on (appliqué trop bas ou ayant dégouliné).
    Méfiance donc, les antipuces sont des médicaments et doivent être traités comme tels. Ils ont des contre indications et des précautions d'emploi. Les vétérinaires restent les plus à même de vous conseiller en la matière, en tant que spécialistes de l'animal.
    16.
    Le mercredi 21 septembre 2011 à 17:42Pour Fourrure, à propos du commentaire numéro 4 : et si, la règle est bien respectée ! OlivierNK a omis l'espace typographique avant le point d'exclamation (obligatoire devant toute ponctuation haute). Je vous laisse trouver la faute dans le mien, doncques !
    (Et merci pour ce rappel toujours bienvenu sur l'absurdité de la distinction chimique/naturel, et de l'amalgame naturel = pas dangereux... qu'il est bien difficile de faire rentrer dans les têtes.)
    Une lectrice jusqu'ici discrète, mais fidèle.
    17.
    Le jeudi 22 septembre 2011 à 06:59Au sujet de l'insupportable cucuterie de l'argument « c'est naturel »:
    http://david.monniaux.free.fr/dotcl...
    Fourrure :
    J'allais mettre le lien, si vous ne vous étiez pas décidé.

    18.
    Le jeudi 22 septembre 2011 à 07:59a reubeuh: les pyréthrinoides chez le lapin , je ne sais pas si c'est toxique, mais le fipronil ( frontline ) , lui est toxique chez le lapin.
    19.
    Le jeudi 22 septembre 2011 à 12:51Même question que Bou, le pérubore en inhalation ?
    20.
    Le jeudi 22 septembre 2011 à 13:50Merci pour ces explications.
    C'est comme ça qu'on a failli tuer le chat, avec une poudre acheté&e en supermarché où il y avait bien de la perméthrine dedans, mais il n'était pas indiqué sur l'emballage de ne pas utiliser ce produit pour les chats. (maintenant, je vais à la pharmacie lui acheter des produits spécifiques en espérant tuer seulement les puces et pas le chat !)
    Fourrure :
    Allez chez votre véto, en plus il vous conseillera. Quoi, comment ça je prêche pour ma paroisse ?

    21.
    Le jeudi 22 septembre 2011 à 21:13Salut cher confrère !
    Je lis depuis longtemps ton blog, et je vois dans ce post une belle erreur sur la cause de la toxicité de la permethrine chez le chat. Le déficit en enzymes de glucuronoconjugaison n'explique aucunement la toxicité de cette molécule. Techniquement, la neurotoxicité est liée à la liaison ester présente chez cette molécule, lui conférant une conformation active sur certains récepteurs synaptiques. C'est l'esterolyse rapide de cette liaison chez les mammifères qui fait que les pyrethrinoides sont très faiblement toxiques, les métabolites de cette lyse étant très bien tolérés. Hors, la glucuronoconjugaison a lieu sur les métabolites de cette esterolyse, donc sur des déchets peu toxiques. L'incrimination de ce déficit enzymatique (bien réel) du chat dans ces intoxs ne tient pas, ça fait plusieurs années que les pharmacologues sérieux ont abandonné cette hypothèse. Ceci dit, aucune autre hypothèse ne l'explique pour autant : à ce jour, cette intox reste inexpliquée.
    Petite remarque : "si il y a amm c'est que l'innocuité a été prouvée", mouai, dans ce cas, quel rôle a la pharmacovigilance ? Les ape avec permethrine ont eu l'amm chat pas mal d'annees avant le retrait de cette amm. C'est un cas ultra rare, presque unique, mais faut garder un œil critique sur les amm...
    Fourrure :
    Concernant les AMM, oui, bien sûr, comme je l'ai précisé en commentaire, il y a de rarissimes conneries. Il ne faut pas oublier non plus que les conditions d'obtention des AMM actuelles ou remises à jour sont beaucoup plus drastiques qu'auparavant (c'est d'ailleurs pour ça que certains médicaments "disparaissent" : le labo n'investit pas dans l'actualisation de l'AMM, soit parce qu'il ne l'aurait pas, soit parce que ce ne serait pas rentable). C'est, en tout cas, déjà une excellente base. Pour le reste, je ne savais pas, et la biblio que j'ai consultée date effectivement du début des années 2000. Vous auriez des références ?

    22.
    Le jeudi 22 septembre 2011 à 21:21(petite annexe : voici mes travaux sur le sujet : http://www2.vet-lyon.fr/bib/fondoc/... vous noterez que certains pharmaciens sont parfois responsables de ces intoxs... Statistiquement, 6 fois plus que si c'est le veto qui a prescrit le médicament)
    Fourrure :
    OK je suppose que je vais les trouver là, les références. merci !

    23.
    Le vendredi 23 septembre 2011 à 06:41On aura aussi droit à un billet sur la toxicité de l'ivermectine chez les border?
    Fourrure :
    L'ivermectine est un médicament qui a obtenu ses AMM pour les équidés, les suidés et les ruminants, pas pour les carnivores domestiques.

    24.
    Le vendredi 23 septembre 2011 à 08:33Au sujet de la question sur le PERUB*** machin, c'est un produit effectivement utilisé en refuge, il n'y a jamais eu à ma connaissance de complications mais je ne suis pas certaine que ce produit soit fabriqué à partir d'huiles essentielles car en cherchant sa composition exacte on tombe soit soit sur "huile essentielle de..." soit "essence de...". Le meme site propose 2 définitions différentes http://www.vidal.fr/Medicament/peru... et http://www.eurekasante.fr/medicamen... puis une explication sur la différence entre essence et huile essentielle http://pharamster.over-blog.com/art...
    Dans tous les cas, ce produit apporte un mieux être aux chats atteints de coriza du refuge dont je m'occupe (et des chats il y en a eu bcp atteints ainsi que du coriza ), on est bien d'accord par contre sur l'utilisation du produit : à mettre dans un bol d'eau chaude dans une cage dans laquelle se trouve le chat, on couvre avec une serviette 1/4 d'heure et c'est tout, le chat n'avale pas le produit et on ne met pas le produit sur le chat !!!!!
    25.
    Le vendredi 23 septembre 2011 à 15:10Je ne commente jamais et je lis beaucoup
    mais pour une fois: une réponse au commentaire d'akita16....
    Pour l'inhalation chez le chat: on met le bol d'eau chaude à côté (et j'insiste!) de la cage contenant le chat et on recouvre le tout d'une serviette.... dixit mon véto qui a vécu le coup du chat brûlé de cette façon...
    et merci boule de fourrure pour votre blog...
    26.
    Le samedi 24 septembre 2011 à 09:44"...La perméthrine et ses copains sont donc hautement toxiques pour les chats !.." Je viens d'aller voir la composition de la pommade que m'a prescrit et vendu mon véto pour mon chat Ahhh listes des substances actives, en premier, Perméthrine 10 mg....C'est normal?
    Cela dit je lui fait confiance et me doute qu'il sait ce qu'il fait.
    Fourrure :
    Oui, cette pommade est le seul médicament pour chat possédant une AMM (très récente d'ailleurs) et contenant un pyréthrinoïde. La dose et les excipients ont été choisis pour ne pas avoir de toxicité chez le chat, je l'utilise beaucoup même si j'ai hésité au départ, je n'ai jamais constaté de problème (il faut vérifier que le tympan soit intact, et ça, c'est le boulot du véto).

    27.
    Le samedi 24 septembre 2011 à 12:56On aura aussi droit à un billet sur la toxicité de l'ivermectine chez les border?
    Fourrure :
    L'ivermectine est un médicament qui a obtenu ses AMM pour les équidés, les suidés et les ruminants, pas pour les carnivores domestiques.
    C'est parce que j'ai entendu parlé de cas de chien qui vivent en contact des chevaux et qui sont morts après après par exemple gouter au crottin du cheval ou termine une seringue de vermifuge ...
    28.
    Le dimanche 25 septembre 2011 à 07:08Nous avons traité notre petite chatte qui était pleine de puces avec du Frontline en spray et à chaque fois elle se mettait à baver abondamment... Est-ce normal?
    Merci pour votre billet!
    Fourrure :
    Il est fréquent que les chats n'apprécient pas du tout les excipients des anti-parasitaires. C'est désagréable pour eux, mais sans danger. Vous pouvez essayer de changer de marque (les excipients seront différents).

    29.
    Le dimanche 25 septembre 2011 à 19:59Lorsque j'étais enfant, il y a à peu près 45 ans, lorsqu'un chat mourait j'entendais dire qu'il avait été empoisonné mais personne ne savait jamais ni comment ni par quoi, on disait qu'il avait peut-être mangé une souris empoisonnée. Maintenant avec vos explications je comprends mieux, merci.
    30.
    Le dimanche 25 septembre 2011 à 21:25a talulla : l'ivermectine chez certaines races de chiens ( dont les border, les chiens de bergers), parvient a franchir la barrière hémato-méningée et donc à atteindre le cerveau, ce qui provoque une paralysie souvent mortelle chez ces chiens.
    31.
    Le lundi 26 septembre 2011 à 13:49Pour Artefact en 16 : raté, cette convention typographique est en vigueur en France mais pas dans tous les pays francophones. La Suisse, notamment, suit sur ce point les conventions anglo-saxonnes (jamais d'espace avant une ponctuation). On ne peut donc pas considérer le commentaire d'OlivierNK comme fautif !
    http://j.poitou.free.fr/pro/html/ty...
    Veuillez m'excuser pour ce commentaire hors-sujet, Dr Fourrure, et merci pour votre blog passionnant !
    32.
    Le lundi 26 septembre 2011 à 19:12Bonjour,
    Je suis votre blog avec intérêt.
    J'aimerais moi aussi savoir ce que vous pensez des inhalations de pérubore.
    33.
    Le mardi 27 septembre 2011 à 10:59En tant que consœur je suis de temps en temps votre blog que je trouve très intéressant (j'adore notamment vos billets sur les chiens dits dangereux) . je me permets d'intervenir sur la question sur le Peru... ; il contient effectivement des huiles essentielles et je confirme par expérience (malheureuse) que même s'il peut être utilisé avec efficacité pour les inhalations lors de coryza avec une utilisation correcte et précise (dose durée ...) , il est également très efficace pour tuer les chatons (la cliente qui avait refusé nos propositions de traitement pour choisir un traitement "naturel" sans notre accord ne fera peut être pas deux fois l'erreur) (et pour info dans ce cas dramatique il n'y avait pas eu ingestion ni contact cutanée avec le péru... et c'était dèjà des gros chatons)
    Fourrure :
    Merci ! Je dois dire que je connais très mal le perubore que je n'utilise pas (je n'en ai jamais eu besoin, pour les rares cas où des inhalations étaient nécessaires j'ai carrément utiliser un vrai nébuliseur, avec des médicaments). Je vais essayer d'en savoir plus sur les données toxico car la question revient très souvent.

    34.
    Le mardi 27 septembre 2011 à 14:27Quand nous avons été "confrontés" à l'intox au Péru...nous avions contacté le CNITV .
    C'est en fait deux chatons exotic qui avaient été intoxiqués d'après la propriétaire uniquement inhalation (la fameux bol devant la cage ...) . Ils avaient rapidement présentés tout d'abord des troubles digestifs (diarrhée , hypersalivation ..) puis neurologique trémulation puis coma et hypothermie puis mort pour le plus atteint , le second l'intox s'est "arrêtée" aux trémulations.
    Le Cnitv nous avez répondu qu'effectivement comme beaucoup d'huile essentielle sa toxicité provenait des terpènes qu'ils contenaient
    35.
    Le mardi 27 septembre 2011 à 14:27Quand nous avons été "confrontés" à l'intox au Péru...nous avions contacté le CNITV .
    C'est en fait deux chatons exotic qui avaient été intoxiqués d'après la propriétaire uniquement inhalation (la fameux bol devant la cage ...) . Ils avaient rapidement présentés tout d'abord des troubles digestifs (diarrhée , hypersalivation ..) puis neurologique trémulation puis coma et hypothermie puis mort pour le plus atteint , le second l'intox s'est "arrêtée" aux trémulations.
    Le Cnitv nous avez répondu qu'effectivement comme beaucoup d'huile essentielle sa toxicité provenait des terpènes qu'ils contenaient
    36.
    Le mercredi 28 septembre 2011 à 08:28J'ai 4 chats de 7 et 13 ans et je suis fana (et un peu connaisseuse) des huiles essentielles. Si j'en mets parfois sur un mouchoir pour moi en leur présence, ou quelques gouttes sur la fenêtre contre les moustiques (ils ont la possibilité d'aller ailleurs s'ils le souhaitent), je n'ai JAMAIS envisagé de les utiliser pour eux.
    Si je ne dis pas de bêtises, ce sont les phénols qui leur sont hépato-toxiques (et les cétones neurotoxiques). Hope it helps...
    37.
    Le samedi 1 octobre 2011 à 14:04Petite question dans ce cas : pourquoi prescrit-on de l'Oridermyl qui contient de la perméthrine, aux chats, et quels sont les risques ?
    Pour avoir traité la gale des oreilles du mien pendant plusieurs mois avec, je suis loin d'avoir peur de pyréthrinoïdes même si je savais que la perméthrine n'était pas inoffensive (les otodectes non plus, après tout...). Mais y a-t-il des risques tout de même ? (bon, si on enlève le fait que mon chat ne risque pas d'aller se lécher les oreilles...)
    Merci pour ce billet très intéressant (comme toujours) !
    Fourrure :
    cf commentaire 26.

  3. #3
    Champion du forum ! Avatar de Andromaque
    Localisation
    RP
    Messages
    2 095
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Merci pour toutes ces infos ! A propos des HE, j'avais déjà lu comme explication que les chats gardaient toute leur vie un foie "immature" qui ne savait donc pas évacuer les toxines, mais cette définition est sûrement mois orthodoxe. En tous cas, ça explique pourquoi ils réagissent si violemment à tout les produits toxiques.
    Merci aussi pour les liens, je ne connaissais pas le site de ce véto.

  4. #4
    Pro du blabla ! Avatar de Chatdesîles
    Messages
    1 443
    Date d'inscription
    mars 2007
    Oui très intéressant !
    Merci pour cet article !
    On ne se méfie pas assez de ces produits ...
    Le tatouage c'est bien mieux que la puce, car çà se voit !
    http://colibri-et-eowin.eklablog.com/

  5. #5
    Banni
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    Au sud du Nord
    Messages
    2 816
    Date d'inscription
    juin 2012
    Je remonte le sujet car cette année on a droit à une campagne d'information presse/radio (TV ?) à partir d'une dépêche AFP :

    http://www.topsante.com/medecine/med...s-chiens-35503

    http://www.anses.fr/fr/content/les-m...as-%C3%AAtre-0

 

 

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien