Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Affichage des résultats 1 à 2 sur 2
Arbre des j'aime6Aime
  • 2 Message par
  • 4 Message par Liolia

Nos chiens sont-ils jaloux ?

C'est une discussion Nos chiens sont-ils jaloux ? dans le forum Chiens, dans la catégorie Vos Animaux ; ...

  1. #1
    Tortue Endurante Avatar de phacélie
    Messages
    9 920
    Date d'inscription
    janvier 2010

    Nos chiens sont-ils jaloux ?

    Un nouveau chiot à la maison? L’arrivée d’un bébé ? Comment nos chiens réagissent-ils lorsque nous les confrontons à des situations qui génèreraient de la jalousie chez nous, les humains ?

    Etre jaloux, être envieux, qu’est-ce que cela veut vraiment dire ? Si l’on s’en tient à la définition du dictionnaire, la jalousie, c’est éprouver « un dépit envieux à la vue d’un ou des avantages d’autrui », que l’on aimerait pour soi. Si, pour Le Robert comme le Larousse, jalousie et envie sont liées, presque similaires, chez les spécialistes de l’intelligence animale, ce qui les associait jusqu’à il y a peu, c’est qu’ils pensaient qu’elles n’existaient que chez l’humain. En éthologie, la science du comportement des espèces animales, humaines incluses, les émotions sont un concept large allant des émotions primaires, comme la joie ou la peur, que l’on retrouve chez toutes les espèces de mammifères, à d’autres émotions plus complexes, dites secondaires, comme la fierté, la honte, et l’envie-jalousie, qui seraient strictement humaines, car plus subjectives, variant selon les cultures, et nécessitant des capacités intellectuelles avancées.

    LE RÔLE DE LA JALOUSIE


    Chez l’humain, la jalousie a été principalement étudiée dans le contexte des relations amoureuses. Pourtant, elle existe aussi dans les relations amicales. Les spécialistes de l’évolution ont même démontré son rôle dans l’histoire de notre espèce et sa capacité à s’adapter à son environnement et ses contraintes. Tout comme la peur permet de mieux réagir en cas de menace et la joie de resserrer les liens avec les autres membres de son groupe, la jalousie a pour rôle de sécuriser les ressources que l’on a.

    Les scientifiques ont longtemps estimé que la jalousie repose sur de hautes capacités intellectuelles, parce qu’elle suppose d’avoir à la fois la conscience de soi, des autres, et d’être capable de théorie de l’esprit ; c’est-à-dire de se mettre à la place de l’autre, et de se dire : « Qu’est-ce que je ferais ou qu’est-ce que je ressentirais si j’étais à sa place ? » Il est communément admis que l’envie est un sentiment davantage attaché aux objets matériels (« j’aimerais avoir ce qu’il a, je suis envieux de ce qu’il possède »), alors que la jalousie concerne plus les relations entre les individus (« je suis jaloux de la relation qu’il entretient avec cette autre personne »). En réalité, les deux troubles se superposent et sont souvent étroitement liés.

    Mais récemment, une expérience a démontré que même les bébés peuvent éprouver de la jalousie. En effet, les enfants de 6 mois (qui n’ont pas encore les capacités intellectuelles complexes propres aux adultes) présentent des réactions de jalousie lorsque leur mère s’intéresse à d’autres enfants qu’eux alors qu’ils n’expriment rien de tel lorsqu’elle se préoccupe d’un autre objet. Ils se manifestent davantage, par exemple, pour attirer la sollicitude de leur mère. A cet âge si précoce, ils seraient donc déjà sensibles au fait qu’une personne extérieure à leur duo mère-enfant puisse détourner l’attention de leur mère et menacer leur relation.
    Devant ce constat, les éthologues ont revu leur position et estiment désormais que la jalousie existerait chez toutes les espèces sociales au sein desquelles des liens sociaux forts se développent entre les individus, à l’intérieur de dyades, qui pourraient être menacés par une tierce personne, un frère, une sœur, un partenaire sexuel ou tout autre membre du groupe.

    Charles Darwin, dans son livre La Descendance de l’homme et la sélection sexuelle, avait déjà émis l’idée selon laquelle la jalousie existe bien chez d’autres espèces que l’humain, et notamment les chiens, dont l’étude lui avait permis d’élaborer sa théorie de l’évolution. Cette théorie avait été peu reprise par les scientifiques, même si de nombreux propriétaires de chiens racontent souvent des anecdotes impliquant la jalousie d’un de leurs chiens envers les autres animaux ou personnes de la maison.

    SENSIBLES À L’INJUSTICE


    Ce n’est que récemment que l’éthologie s’est penchée à nouveau sur la question. En 2008, des chercheurs ont recueilli les témoignages de propriétaires d’animaux de compagnie, dont des chiens, sur les émotions qu’ils pouvaient observer au quotidien chez leurs compagnons. Les propriétaires ont rapporté que, selon eux, leurs chiens éprouvaient de la joie, de la peur, mais aussi de la jalousie. Bien sûr, il ne s’agit en aucun cas d’une preuve scientifique de l’existence de la jalousie chez le chien, car la perception des propriétaires pourrait simplement reposer sur une vision anthropomorphiste de leur animal, comme cela a été mis en évidence pour la culpabilité.Mais un peu plus tard, une étude menée en Autriche a montré que les chiens sont sensibles à l’injustice. Pour cela, deux chiens étaient assis côte à côte, et quelqu’un demandait à chacun d’eux de donner la patte. Mais tandis que le premier chien recevait systématiquement une récompense dès lors qu’il donnait la patte, l’autre n’en recevait pas, même s’il réalisait l’exercice. Très rapidement, le chien qui n’était pas gratifié par une friandise cessait de répondre à la demande. Nulle lassitude là-dedans puisqu’au préalable, les chercheurs s’étaient assurés que le chien accomplissait très longtemps l’exercice sans obtenir de récompense. L’expérience a donc bien montré que les chiens sont sensibles à une différence de traitement, à ce que l’on appelle l’injustice. Peut-être une première forme de jalousie ?

    COMME DES JEUNES ENFANTS


    Ce n’est que très récemment qu’une étude s’est penchée sur la question de façon encore plus précise. Aux Etats-Unis, des chercheurs ont étudié la réaction de chiens lorsqu’ils observaient leur maître se comporter avec soit un livre, soit une citrouille, soit un chien animé en peluche. Les maîtres avaient pour consigne de parler et de se concentrer sur chaque « objet » au lieu de s’occuper de leur chien. Les résultats ont été sans appel : les chiens du test ont tous montré plus d’agressivité envers le chien en peluche qu’envers le livre et la citrouille. Ils ont déployé des trésors d’invention pour obtenir l’attention de leur maître, comme gémir ou se placer entre le maître et l’objet. Cette expérience est la première qui permet de rapprocher les réactions de jalousie des chiens de celles de très jeunes enfants.

    A lire aussi : Frans de Waal : la vérité sur les émotions animales

    Si les auteurs de l’expérience ont conclu qu’il existait bien une forme primaire de jalousie chez le chien, ils n’anticipent pas sur l’existence d’interprétations complexes du comportement du chien « rival », ni des conséquences sur le chien jaloux et sur la relation entre les deux chiens (le jaloux et celui qui est la source de la jalousie). Cela veut dire que, sauf preuve du contraire, le chien jaloux ne cherche pas à se venger par jalousie. Il est juste sensible à l’inégalité de traitement, et met tout en œuvre pour que l’intérêt de son maître revienne vers lui.

    UNE VIE ÉMOTIONNELLE RICHE


    De nombreuses études restent à faire pour mieux comprendre ce phénomène chez le chien. Car la jalousie ne se manifeste pas de la même façon ni dans le même contexte selon les chiens : il y a une grande variabilité individuelle. Cela dépend notamment de la valeur que le chien va mettre dans une ressource (son humain, les autres chiens, un objet auquel il tient particulièrement), ainsi que de sa capacité à gérer ses émotions ou à contrôler sa frustration. Ces premières recherches révèlent d’ores et déjà la grande étendue de la vie émotionnelle de nos chiens et leur grande sensibilité à la façon dont ils sont traités ! Gardons-le en tête pour nous comporter avec respect et bienveillance lorsque nous interagissons avec eux, quelle que soit la situation.


    AUTEUR DE L'ARTICLE


    Charlotte DURANTON Ethologiste

    Charlotte Duranton, doctorante en éthologie, à Aix-Marseille Université. D’elle-même, Charlotte avoue s ‘intéresser « à la cognition de façon générale, notamment celle des canidés et du chien, Canis familiaris. Plus particulièrement, à l’étude des interactions inter-spécifiques entre humains et chiens, deux espèces sociales amenées à vivre en étroite cohabitation dans nos sociétés. Je cherche à comprendre comment ces deux espèces communiquent, et plus précisément quels sont les facteurs qui influencent la sensibilité et la compréhension qu’ont les chiens des signaux de communications humains, qu’ils soient conscients ou non. » Dans le cadre de sa thèse universitaire, Charlotte travaille sur la communication non-verbale entre humains et chien. Le sujet d’étude s’intitule : '' Synchronisation comportementale homme-chien et comportements affiliatifs''


    http://www.animaux-online.com/articl...s-jaloux-.html

    Liolia and Tengri aiment ça.
    " Pourquoi voudriez-vous qu’il y ait sur la Terre une multitude de vies ? Il n’y a qu’une vie qui, végétale, animale ou humaine, naît, rit, pleure, jouit, souffre et meurt. Une seule. Et c’est déjà bien assez merveilleux." A. Einstein

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #2
    Pro de l'écoute ! Avatar de Liolia
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    Charente-Maritim
    Messages
    4 931
    Date d'inscription
    février 2016
    Je trouve assez surprenant qu'on doute que les chiens puissent être jaloux. Bien sûr je n'ai que les miens comme exemple, mais lorsque je discute avec des amoureux des chiens les cas de chiens jaloux sont courants.

    Lorsqu'on me demande la raison pour laquelle je préfère la relation que j'ai avec les chiens aux relations que je peux avoir avec mes congénères, je prend toujours pour exemple la sagesse avec laquelle ils gèrent leur jalousie. Je m'explique: dans les relations humaines la jalousie est le plus souvent vécue comme honteuse, lorsqu'une personne est jalouse de l'attention qu'on peut donner à une autre personne, elle va bouder, prétendre que ça n'a pas d'importance, que ça ne lui fait rien, devenir froide, voir comploter. La jalousie du chien est très saine, si je câline un de mes chiens et qu'un autre est jaloux il va immédiatement venir me montrer qu'il souffre de jalousie et demander de l'attention. C'est émouvant et drôle.

    Je trouve intéressante aussi cette expérience avec divers objets et dont le résultat est que les chiens ont montré leur jalousie envers le chien en peluche. Je pense que la jalousie est vraiment marquée envers leurs congénères, ou en tout cas plus marquée. Par exemple Mazda aboie pour m'engueuler si j'appelle Castiel fiston, parce que fiston ça a toujours été son petit surnom, mais si j'appelle les chats Batman et Totoro fiston il ne réagit pas. Je pense que la palette des émotions de nos toutous et leur intelligence est bien plus subtile que ce qu'on imagine.

 

 

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien