Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Affichage des résultats 1 à 5 sur 5
Arbre des j'aime2Aime
  • 1 Message par enuopit
  • 1 Message par enuopit

livres sur la relation animal/enfant

C'est une discussion livres sur la relation animal/enfant dans le forum Chiens, dans la catégorie Vos Animaux ; ...

  1. #1
    Psychopathe de l'écriture Avatar de emmajojo
    Fonction
    Inactif
    Association
    chats du quercy
    Localisation
    montauban 82
    Âge
    39
    Messages
    2 326
    Date d'inscription
    octobre 2007

    livres sur la relation animal/enfant

    Bonjour,

    Tout est dans le titre : je cherche des livres traitant des bienfaits que la fréquentation d'un animal (chien/chat en particulier) peut apporter à des enfants.
    Et aussi pourquoi pas, sur l'attitude que le parent doit avoir, vis à vis d'un enfant qui a peur par exemple.
    Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau.
    Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi.

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #2
    Pro du blabla ! Avatar de Nieggue
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    Lille
    Âge
    27
    Messages
    1 419
    Date d'inscription
    février 2014
    Bonsoir,

    J'avais emprunté "L'enfant et la médiation animale" à la bibliothèque pas je n'avais pas eu le temps de le lire, je l'avais juste survolé. Il avait l'air intéressant mais était plus axé enfant handicapé, par contre, donc je ne sais pas si ça peut t'intéresser.

    Sinon, je n'ai pas d'idées, désolée...

  3. #3
    Berger Allemand Avatar de enuopit
    Fonction
    Indépendant
    Association
    Cat'pattes du 49
    Localisation
    Cholet, 49
    Messages
    459
    Date d'inscription
    août 2015
    Je suis d'accord, très bon livre (conseillé par la psychologue de mon boulot).

    Par le même auteur, "Autisme et zoothérapie : communication et apprentissage par la médiation animale". C'est toujours orienté handicap mais tout ça s'applique à n'importe quel enfant. J'ai pris quelques notes avec extraits si tu veux avoir une idée de ces 2 bouquins.
    Nieggue aime ça.
    Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le Diable lui-même.

  4. #4
    Psychopathe de l'écriture Avatar de emmajojo
    Fonction
    Inactif
    Association
    chats du quercy
    Localisation
    montauban 82
    Âge
    39
    Messages
    2 326
    Date d'inscription
    octobre 2007
    Bonsoir, merci à vous deux

    J'avais vu ce livre sur amazon, mais j'ai eu peur qu'il soit trop orienté sur le handicap, justement.

    enuopit je veux bien voir tes notes, si tu peux faire un copié/collé

    Sinon je n'arrive pas à trouver grand chose sur le thème, étonnant d'ailleurs.
    J'ai bien vu ce bouquin par exemple
    http://www.amazon.fr/Enfants-Animaux.../dp/2732448818
    mais le commentaire en bas ne me donne pas vraiment envie.
    Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau.
    Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi.

  5. #5
    Berger Allemand Avatar de enuopit
    Fonction
    Indépendant
    Association
    Cat'pattes du 49
    Localisation
    Cholet, 49
    Messages
    459
    Date d'inscription
    août 2015
    Bon courage, je te copie/colle tel quel !

    L’ENFANT ET LA MEDIATION ANIMALE – UNE NOUVELLE APPROCHE PAR LA ZOOTHERAPIE (François Beiger)



    - Le potentiel médiatique de l’animal, c’est avant tout de ne porter aucun jugement.
    >>Winnicott / objet transitionnel
    - L’intégration sociale dépend avant tout de l’estime que nous avons de nous-mêmes, car le besoin de communiquer, de créer et de développer des liens est une nécessité humaine.
    - L’animal joue ce rôle important de médiateur non menaçant qui facilite ainsi l’intégration sociale pour les personnes fragilisées.
    >>Konrad Lorenz / psychologie animale >>Tinbergen & Frisch ≠ théories de Pavlov et des béhavioristes
    - L’animal est dans un monde sensoriel alors que l’homme vit dans un monde de subterfuge verbal.
    - Débuts de la zoothérapie >>Boris Levinson / rôle catalyseur social de l’animal >> Sam & Elisabeth Corson
    >>Mélanie Klein / psychanalyse de l’enfant grâce au jeu
    - On peut également définir la zoothérapie comme une méthode de travail qui favorise les liens naturels et bienfaisants entre les humains et les animaux.
    >>Alfred Adler / importance de l’estime de soi
    >>John Bowlby / importance de l’angoisse de séparation
    >>notion d’anthropomorphisme
    - L’animal est à la fois jeu, confident, régulateur des émotions.
    - « Il est indispensable que la présence d’un chien dans les milieux hospitaliers pour enfants est porteuse d’espoir. De nombreuses recherches au Canada et aux Etats-Unis ont démontré que les animaux peuvent aider les personnes hospitalisées à mieux accepter leur maladie, leur convalescence, qu’ils soient adultes ou enfants. »
    - « On sait très bien qu’un enfant malade se replie généralement sur sa maladie, sur sa souffrance, sur ses anxiétés, d’où le rôle accordé à la médiation animale. La présence d’un chien, sa réceptivité au contact et aux relations avec l’enfant donne à ce dernier un sentiment de confiance affective. »
    - « Ces liens accélèrent et favorisent le contact avec le monde médical et rendent plus acceptables pour l’enfant les périodes d »hospitalisation et de traitements médicaux. »


    AUTISME ET ZOOTHERAPIE : communication et apprentissages par la médiation animale
    (François Beiger – Aurélie Jean)

    - Anthropomorphisme : « le fait de prêter les sentiments, comportements et mœurs humains aux animaux »
    >>Konrad Lorenz, Nikoolas Tinbergen, Karl vin Frisch
    - “Mais n’est-ce pas l’homme qui a changé dans l’évolution de sa personnalité depuis des millénaires? N’est-ce pas lui qui a perdue n grande partie les sens extrêmement importants pour la survie de toute espèce vivante ? Notamment la vue, l’odorat et le toucher, sans parler de l’intuition qui de nos jours fait défaut chez un grand nombre d’humain. L’homme s’est urbanisé et habitué à un certain confort qui fait que le moindre changement ou bouleversement le rend vulnérable. » (ex. tremblements de terre/ondes/ultrasons)
    - « L’animal est pourvu d’une force de caractère qui lui permet d’aller à l’essentiel en cas de survie. Il est dans un monde sensoriel alors que l’humain vit dans un monde d’échappatoire, de faux-fuyants verbaux. L’animal n’est pas dans ce monde de préjugés que l’homme entretient continuellement. Le contact entre l’être humain et l’animal procure un sentiment de confiance, un stimulus. L’animal devient rapidement le médiateur des émotions. C’est la rencontre entre deux entités vivantes mais deux espèces très différentes et pourtant historiquement apparentées, qui favorise ces liens de médiation. C’est le mélange de ces deux éléments qui permet précisément en thérapie par médiation animale de souscrire un échange se situant bien en dehors de ce déguisement verbal. »
    - « C’est ainsi, que par la suite, la mise en place d’un animal médiateur dans la vie d’un enfant en situation de handicap, tel qu’un chien, un poney ou un âne prend alors le relais des objets transitionnels du petit enfant et constitue une médiation au sens psychanalytique du terme. La plupart du temps, l’animal devient source de relation affective. Il devient symbole, compagnon à la fois imaginaire et réel. L’enfant se rend compte que l’animal a ses propres réactions, ses propres pulsions. Il renvoie à l’enfant la différence du Moi et du non-Moi. […] Il devient source de contenance, d’émotions, de stimulation. »
    - « travailler sur le schéma corporel en lui faisant découvrir le corps de l’animal et le renvoyer au sien »
    - « toujours commenter verbalement notre action (…). Pourquoi je le fais et comment je le fais »
    - « L’animal, par sa conciliation, peut également permettre à l’enfant de comprendre l’association des choses. [ex. puzzle du chien avec chien dans la pièce pour aide à la concentration] »
    - « Je nomme également le chien par son nom. C’est important pour l’apprentissage de sa propre identification »
    - « Il est établi qu’en caressant la fourrure d’un animal l’angoisse, l’anxiété, l’inquiétude diminuent. La personne se tranquillise elle-même et son agressivité, son insécurité, sa peur s’amoindrissent. Ce contact avec la fourrure de l’animal devient un véritable réconfort pour la personne.»
    - « L’animal permet de responsabiliser la personne à son niveau autour des soins donnés à l’animal, ce qui l’aidera à retrouver une image plus positive d’elle-même et un sentiment d’utilité. »
    - « (…) effet positif et donc bénéfique de la thérapie assistée par l’animal pour des enfants atteints de troubles envahissants du développement. »
    - « Le premier temps permet de se rencontrer. La famille peut ainsi exprimer sa demande et le professionnel présenter exactement ce qu’est la médiation animale, à quoi elle peut servir et la manière de procéder.
    - Rappelons que la zoothérapie ou thérapie par médiation animale est une ‘médiation qui se pratique en individuel ou en petit groupe à l’aide d’un animal familier, consciencieusement sélectionné et éduqué, sous la responsabilité d’un professionnel, appelé ‘le zoothérapeute’ dans l’environnement immédiat de personnes chez qui l’on cherche à éveiller des réactions visant à maintenir ou à améliorer leur potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif’ »
    - « Présentation de différents axes de travail
    * L’adaptation et les comportements : Nous travaillons dans une dynamique de réussite pour chaque enfant, adolescent ou adulte. Il est alors question d’effectuer certains travaux adaptés aux compétences de la personne et qui la mettent alors dans une position de réussite. Cette dynamique est alors accompagnée par le thérapeute qui veille à mettre des mots sur les réactions des animaux et le ressenti de l’enfant.
    * La communication et la socialisation : (…) Au fur et à mesure, nous travaillons à l’évolution de la communication et des interactions en amenant des outils particuliers dans la relation (objets, photos, pictogrammes) favorisant l’expression pour les personnes non verbales. Lorsque le verbal existe, nous privilégions ce dernier et travaillons les échanges verbaux adaptés et l’expression des émotions.
    * Le travail psychologique corporel : Il s’agira alors de permettre au patient de mettre en mouvement son corps en étant sur, autour ou à côté de l’animal. »
    - Définir les premiers objectifs de travail.
    * « L’organisation de la séance
    Le bonjour
    Le planning : Il est important de présenter le déroulement de la séance à l’enfant, avec les différentes activités et les différents animaux.
    Les différents temps de séance : Il est important d’alterner les temps en extérieur et en intérieur, les tâches difficiles, qui demanderont beaucoup d’attention et d’énergie avec des tâches plus simples ou faisant intervenir l’animal préféré de l’enfant. Il faut également penser à alterner les temps qui demandent plus de choses au niveau physique avec d’autres activités moins chargées à ce niveau. »
    - « Tout cela est à travailler en pensant toujours à rester dans le réalisable et dans le but de développer l’autonomie de l’enfant au quotidien, autant dans els savoir-faire que dans le domaine des interactions sociales et de la communication. »
    - Photos = repères.
    - Maximiser les ressources des personnes.
    - « Voici un exemple de parcours très simple : marcher en passant entre deux plots (ce qui délimite le territoire), se positionner dans un cerceau, prendre la balle et l’envoyer au chien dans une direction précise. On peut rajouter beaucoup de choses à ce parcours comme passer au-dessus d’une barre et donc lever les jambes, passer à droite et à gauche de plots, passer sous une barre, lancer la balle au travers d’un cerceau, dans un seau, etc. Ainsi l’on peut faire travailler différentes choses au niveau moteur à l’enfant, mais aussi entamer un travail autour de la droite et de la gauche, des notions de ‘en-dessous ‘, ‘au-dessus’ ou encore des couleurs ou des nombres.
    - La créativité et la connaissance de l’enfant et des animaux sont les maîtres-mots. Si l’on n’est pas sûr de tout ce qu’une activité peut nécessiter chez l’enfant, on peut faire le parcours soi-même et décomposer ses actions : c’est encore le meilleur moyen de se rendre compte, et ce n’est pas si simple que cela, car on fait tellement de choses automatiquement, que l’on ne se rend plus compte de tout ce que cela peut induire. »
    - Temps de caresses dans une salle d’éveil.
    - Eventail d’émotions.
    - « Conclusion : L’animal exerce une attirance incontestable auprès des enfants. C’est cette attraction qui permet aux professionnels de la santé et/ou du social d’entrer en communication avec l’enfant autiste. Cela doit se faire dans le respect de chacun des acteurs. L’enfant, l’animal et le professionnel. »
    Nieggue aime ça.
    Preuve est faite que visages dévots et pieuses actions nous servent à enrober de sucre le Diable lui-même.

 

 

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien