Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Page 2 sur 5 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 16 à 30 sur 75
Arbre des j'aime13Aime

Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un chiot

C'est une discussion Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un chiot dans le forum Chiens, dans la catégorie Vos Animaux ; ...

  1. #16
    Labrador
    Messages
    309
    Date d'inscription
    avril 2007

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    c'est vachement bien, par contre il faudrait rajouter dans toilettage que les caniches doivent être toilettés sinon ils se transforment en locks géantes

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #17
    Araignée Survoltée Avatar de aurlie
    Fonction
    Indépendant
    Âge
    38
    Messages
    10 929
    Date d'inscription
    août 2004

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    par contre
    Test FIV / FeLV : 50 €
    , ça ne concerne pas les chiens :niais:

  3. #18
    Accro au forum ! Avatar de Nyunyu
    Fonction
    Bénévole
    Association
    Amstaff Rescue H
    Localisation
    77410
    Âge
    32
    Messages
    2 512
    Date d'inscription
    octobre 2004

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    Citation Envoyé par aurlie
    par contre
    Test FIV / FeLV : 50 €
    , ça ne concerne pas les chiens :niais:
    Oué j'ai fait gaffe qu'apres, mais comme on ne peut pas éditer :hein2:

  4. #19
    Invité

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    Dans la nature, le chien est un animal grégaire. Il s'insere dans une meute au sein de laquelle il a une place bien définie. Cette place le rassure. Lorsque nous adoptons un chien, il faut lui attribuer une place dans la maison afin qu'il sache où se situer dans la famille. Faute de quoi le chien pense automatiquement qu'il est en charge de la meute-famille. Et là ça coince si le chien ne parvient pas à assumer ce rôle.
    Donc la première étape consiste à faire comprendre au chien que VOUS etes le chef en charge de la responsabilité de la maison. Pour cela, il faut adopter le comportement d'un chef de meute. Pour le problème qui nous occupe, un chien chef de meute peut aller et venir comme bon lui semble. Les autres ne paniquent pas parce qu'il émet des signaux qui signifient : "tout est normal, je suis parti, je reviens, mais tout est parfaitement normal". C'est aussi ce que tu dois transmettre à ta chienne.
    Concrètement : lorsque tu pars (= lorsque le chiot/chien ne te voit plus : ça peut simplement être un changement de pièce) et lorsque tu reviens, essaies d'être le plus neutre possible. Ne cours pas saluer ton chien par exemple ou ne crie pas. Reste calme et ne communiques pas avec lui jusqu'à ce qu'il se soit calmée à son tour.
    Je veux juste dire que je ne suis pas d'accord avec cela...




    L'Orignie du chien par RAY COPPINGER


    [table:34z7k6y0][tr:34z7k6y0][td:34z7k6y0][center:34z7k6y0]

    (Extrait) NOTES SUR LA CONFERENCE DE RAY COPPINGER (2005)[/center:34z7k6y0]


    Ecole Veterinaire Maisons-Alfort

    (à partir de la traduction simultanée) Rapporteur : Françoise Martin, Catherine Aye




    Le professeur COPPINGER est l'un des spécialistes mondiaux de l'écologie comportementale des chiens. L'écologie comportementale, nouvelle appellation de l'éthologie, étudie, dans une espèce animale donnée, les différences entre les individus (diversité intraspécifique).

    Son programme de recherche couvre des domaines aussi divers que la reconnaissance individuelle, l'orientation dans l'espace, la communication au sein du groupe et, d'une manière plus générale, les processus évolutifs ayant déterminé le comportement et la vie cognitive du chien.

    Le Professeur Ray COPPINGER a passé sa vie professionnelle et privée à étudier le comportement des chiens, depuis leurs origines jusqu'à leurs relations avec les hommes. Il a parcouru le globe en étudiant aussi bien les meutes de chiens sauvages de l'île de Pemba que les chiens de traîneaux de l'Arctique. Il est reconnu comme le père de la nouvelle théorie de l'évolution des loups aux chiens. Ses travaux concernent également les effets de la domestication sur la morphologie, la physiologie et le comportement des chiens. Il a en outre étudié les chiens gardiens de troupeaux et les chiens de berger.

    1. Origine du chien :

    La plupart des écrits concernant l'origine du chien nous ramènent aux loups. Mais ce ne sont que des hypothèses, aucune donnée scientifique ne l'a prouvé véritablement. Pour beaucoup, le chien serait même un loup domestiqué.

    Le professeur Ray Coppinger présente une autre hypothèse, le chien serait une espèce voisine ayant vu le jour suite aux différents croisements entre les loups, les coyotes, les chacals et le loup rouge. Le chien serait donc issu d'une hybridation. Pour lui, d'ailleurs peut importe l'origine exacte du chien le principe n'étant pas de savoir si le chien descend du loup mais de comprendre que le chien est issu d'un réseau phylogénétique avec donc un échange de gênes multiples et ce, sur plusieurs milliers d'années. Il constate: "personne n'a jamais réussi au cirque à présenter de numéro avec un loup dressé". On doit donc se demander ce que pouvait bien avoir de si particulier, voilà environ 15 000 ans, le loup d'Asie Orientale, pour " accoucher " du chien, compagnon sans lequel l'histoire de l'homme aurait certainement été bien différente ».Ce qu'il a pu constater au fil de ses recherches, ce sont les différences importantes qui existent entre le loup et le chien.
    • Le loup n'aboie pas, la différence précise avec l'aboiement du chien, c'est la fréquence du signal vocal d'alerte. Le loup émet un signal et s'en va, le chien aboie plusieurs fois pour faire partir. Les deux signaux font partie du modèle moteur d'évitement du risque (voir le paragraphe sur la génétique du comportement).[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup a une taille de tête beaucoup plus grande que le chien à poids égal. Si le chien descendait du loup, selon les lois de l'évolution élaborées par Darwin qui montrent que la vie va du moins complexe au plus complexe, il serait bien plus complexe avec un cerveau plus grand.[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup a des molaires beaucoup plus grosses que le chien à poids égal.[/*:m:34z7k6y0]
    • le loup a une peau moins épaisse que le chien, (les esquimaux se sont aperçus que leur pantalon en peau de loup tiennent environ une saison, ceux en peau de chiens environ 6 ans!!).[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup se reproduit en fonction des saisons, de l'été jusqu'en automne les loups mâles sont en période de repos, ils présentent alors une diminution de la grosseur des testicules, ils sont incapables de saillir même si on leur présentait une louve ou une chienne en chaleur.[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup présente une période de socialisation possible jusqu'à 19 jours après la naissance. Les dresseurs qui utilisent des loups enlèvent d'ailleurs les louveteaux à la mère pour pouvoir les imprégner sur eux en alimentant le bébé au biberon. Au delà de ces 19 jours, le loup ne deviendra jamais éducable. (chien 16 semaines).[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup est beaucoup moins rapide que le chien sur une longue distance[/*:m:34z7k6y0]
    • La louve doit avoir atteint un certain poids corporel pour pouvoir tomber en chaleur et avoir la capacité de reproduire.[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup ne mange pas en présence de l'être humain, (si vous jetez de la nourriture, il prend et s'en va plus loin, voir se cacher pour pouvoir la manger). Les chiens de village ou les groupes sociaux de chiens mangent dans les décharges à proximité des l'être humain sans aucun problème.[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup a un comportement social de meute, le chien vit en groupe social. Les premiers ont un comportement de meute afin de coopérer durant la chasse pour tuer des grandes proies. Après la chasse, ils retournent à leur repaire afin de régurgiter la nourriture pour une seule portée de bébés. Habituellement, il n'est pas possible qu'un loup seul (ou deux loups) puisse tuer des grandes proies ou élever seul une portée de bébés. Ainsi, la meute, souvent composée de membres d'une même famille, travaille ensemble dans l'optique d'une stratégie de survie. Pour les chiens, les autres chiens ne sont d'aucune aide lorsqu'il s'agit de se nourrir ou de nourrir les bébés.[/*:m:34z7k6y0]
    • Le loup mâle est capable de régurgiter pour nourrir les petits, les chiens mâles ne s'occupent pas des chiots.[/*:m:34z7k6y0]
    • Mais pour R.Coppinger, la différence la plus importante serait chez le loup l'apparition de comportements spécifiques à l'espèce (comportements émergents) pendant la période juvénile, qui est en fait le moment de transition entre l'évolution du jeune vers l'adulte (entre 4 et 12 mois), ils commencent à mettre en place le modèle moteur de recherche de nourriture, en même temps que les comportements de meute. Ces comportements émergents n'existent pas ou très peu chez le chien du fait qu'il n'y a pas chez ce dernier le modèle moteur de recherche de nourriture, il n'existe plus ou très peu du fait que l'être humain lui donne à manger, la mère n'ayant plus besoin de chasser, ni de régurgiter il n'y a donc plus l'apprentissage des codes de vie en meute.[/*:m:34z7k6y0]



    2. Domestication :

    Beaucoup de chercheurs et de scientifique pensent que l'homme serait allé chercher ou rencontrer des loups moins craintifs pour pouvoir les domestiquer, les apprivoiser, les élever et les faire devenir à long terme les chiens que l'on connaît. Pour lui il est impossible qu'il y ait eu adoption du loup par l'homme, par contre il pense qu'il y a eut adoption de l'homme par le loup-chien.

    En effet le professeur Coppinger pense que cette adoption s'est passée lorsque les hommes du Mésolothique ont imaginés de vivre en village. Ils construisent des maisons permanentes et deviennent sédentaires.

    Avec la sédentarisation, les déchets, les décharges sont apparues, et des loup-chien attirés par de la nourriture facile se sont installés dans cet environnement. Plus besoin chercher la nourriture, plus besoin de chasser, le garde manger était là en permanence sans effort.

    Ils sont devenus alors ce que Mr Coppinger appelle des chiens de village. Le chien de village n'est pas un animal de meute au même sens que l'est un loup. Bien que les chiens aient chacun leur territoire et habitent un espace solitaire ils ne sont pas asociaux. Ils se sont adaptés pour se nourrir dans les villages (petites dents, petite tête et petit cerveau) et le comportement qu'ils ont pour se nourrir est spécifique à leur environnement). Cela signifie qu'ils attendent seuls la nourriture, et non pas de façon coopérative. Et ils sont "conscients" que les humains sont la source de leur nourriture. Ainsi, ils se focalisent sur l'activité humaine, plutôt que d'éviter l'activité humaine.

    Certains chiens moins craintifs vont s'approcher de plus en plus près des hommes et vont cohabiter avec lui en les accompagnant dans certaines activités par exemple en suivant le berger qui part garder son troupeau. Quelquefois les enfants vont rencontrer de très jeunes chiots et rentrer en communication avec, en jouant et en s'amusant.

    R. Coppinger a rencontré un jeune garçon Masaï dans un des villages d'Afrique du sud qui partait pour faire paître un troupeau. Un chien le suivait.

    R. Coppinger lui demande « c'est ton chien »

    le garçon dit » non c'est un chien du village »

    Coppinger : « il a un nom ? »

    Le garçon : « non pour quoi faire ? »

    Coppinger « tu lui donnes à manger ? »

    Le garçon se met à sourire voire à rire et regarde Coppinger comme s'il venait d'une autre planète et lui dit « donner à manger à un chien ? Mais le chien se nourrit tout seul »

    Coppinger « mais que fait-il avec toi ? »

    Le garçon » il m'accompagne depuis qu'il est tout petit »

    Coppinger lui demande pourquoi et le garçon lui répond « je n'en sais rien ».

    R.Coppinger a voyagé dans le monde entier pour rencontrer les chiens. Pour lui, il est très rare de rencontrer des chiens sans la présence de l'homme, il existe donc une symbiose entre le chien et l'homme, et le chien a une relation obligatoire avec l'être humain. Pour lui, si les chiens disparaissaient, l'homme n'aurait pas de problème, par contre l'inverse ne serait certainement pas vrai pour le chien.[/td:34z7k6y0][/tr:34z7k6y0][/table:34z7k6y0]
    meliant aime ça.

  5. #20
    Invité

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    [center:1yprwt4o]La Non-Hiérarchie Canine et l'Apprentissage



    La théorie de la hiérarchie canine est de plus en plus remise en question par certains experts canins internationaux, dont Jean Donaldson (comportementaliste et directrice de la SPA de San Francisco).

    Les humains, ont tendance à voir le monde animal selon leur propre monde de vie.

    Ainsi, les employés sont gérés par des patrons, dans certains pays les hommes ont la main mise sur les femmes, les adultes contrôlent la vie des enfants,etc. ...

    Notre vie d'humain est basée sur un système hiérarchique et sans celui-ci, nous sommes en face d'une situation appelée « anarchie ».



    Mais qu'en est-il réellement du côté des chiens ?

    Certes, les études des loups observés en captivité et ceux vivants en liberté, ont démontré que ces derniers fonctionnaient en système hiérarchique (sauf dans le cas des loups solitaires, qui représente 40% des loups en liberté).

    Le couple « alpha » dirige la meute, car une organisation sociale complexe est nécessaire pour mener à bien les chasses de groupe (un loup seul ne peut tuer un gros cervidé), élever les petits louveteaux (la mère ne pouvant chasser et laisser ainsi ses petits, elle doit pouvoir compter sur les autres femelles qui rapporteront à la tanière, de la nourriture pour la mère qui allaite et plus tard, de la nourriture aussi pour les bébés). La mort des alphas d'une meute désorganise complètement la vie sociale de la meute, car les loups sont avant tout des carnivores, des prédateurs et des chasseurs.



    Le loup est donc un animal hautement social et cet élément est nécessaire à sa survie en tant qu'espèce.
    La vie de la meute présente ainsi bien des avantages :

    1) la possibilité de chasser en groupe, des animaux beaucoup plus gros que lui;



    2) les réserves alimentaires sont mieux gérées (moins de surplus abandonné aux concurrents lorsque plus de bouches sont à nourrir;



    3) la protection, l'éducation et l'initiation des louveteaux aux rudiments de la chasse est assurée par tous les membres de la meute qui prennent en charge la progéniture du couple
    « alpha »;



    4) le fait que seul le couple « alpha » se reproduise, empêche la prolifération des loups sur le territoire, car cela pourrait avoir une incidence sur la quantité de nourriture disponible.




    Le modèle observé chez les loups représente-t-il réellement le modèle social canin ?

    Raymond Coppinger (voir la page le concernant sur le site), un biologiste, a récemment élaboré la théorie selon laquelle les chiens domestiques ne descendraient pas directement des loups, mais de croisemements entre les loups, les coyotes, les chacals, le loup rouge.

    Les chiens, toujours selon cette théorie qui fait de plus en plus sa place, seraient principalement des vidangeurs et des animaux « en attente de nourriture ». Placés stratégiquement dans des dépotoirs, les ancêtres de nos chiens actuels attendaient leur nourriture et n'auraient pas eu besoin d'une structure sociale complexe pour se reproduire et élever les petits (la nourriture étant abondante et à proximité).

    Dans un contexte d'abondance des ressources, le chien a-t-il réellement besoin d'une structure sociale basée sur la meute et la hiérarchie pour assurer sa descendance et sa survie ?

    Probablement que non!

    La façon de voir les chiens comme étant des dominants et des soumis est désormais inutile et nuisible à la bonne compréhension du comportement canin.

    Tous les animaux de la planète ont tendance, pour assurer leur survie et la reproduction de leur espèce, à perpétuer des comportements qui leur apportent un bénéfice et à ne pas répéter des comportements qui ne leur apportent rien et qui gaspillent leur énergie.
    Le chien apprend au travers de ses expériences, comme tous les autres animaux, que certains comportements sont payants, c’est-à-dire qu'ils lui apportent un avantage. Cet avantage sert alors de levier pour augmenter la probabilité qu'un comportement se répète. Au contraire, il apprendra aussi que d'autres comportements ne lui apportent rien, il aura alors tendance à ne pas vouloir les répéter car ils gaspillent son énergie.
    Le but ultime des comportements sociaux est le contrôle des ressources qui sont essentielles à la survie de l'animal et de son espèce :
    La nourriture, l'eau, les individus avec lesquels il peut se reproduire et avoir des contacts sociaux et le territoire.

    Le chien apprendra à partir de son tempérament et de ses expériences, à prendre ou non le contrôle de ces ressources.

    Il faut savoir que, naturellement, il doptera des comportements et des attitudes qui le rapprocheront de la possession de ces ressources.



    Tout comportement qui lui sera payant aura tendance à être reproduit, qu'il soit positif ou négatif pour l'humain, et inversement :

    Le chien ronge un os, un humain s'approche, le chien montre les dents et grogne, l'humain recule.
    Le comportement ayant été payant pour le chien, il le reproduira.

    Le chien monte sur une chaise, la chaise bascule avec un très gros bruit qui lui fait peur, lui tombe.
    Le comportement n'ayant pas été payant pour le chien, il ne le reproduira pas.[/center:1yprwt4o]


    Dépendamment du tempérament du chien, il apprendra plus ou moins rapidement ce qui est payant ou non pour lui.[center:1yprwt4o]Cela ne veut pas dire que notre chien ne peut se retrouver dans des situations où il sera tantôt le chef, tantôt le subordonné.

    Par exemple, si on place un morceau de viande entre deux chiens, l’un des deux adoptera une stratégie de dominant qui le conduira à gagner la viande, tandis que le second démontrera un comportement de soumis, en laissant la viande à son belligérant.

    Mais ici, on parle de "situations" et non de "tempéraments".

    Comme vous avez certainement pu le constater, un même chien peut être dominant dans une situation et soumis dans une autre.

    Le qualifier alors de « dominant » ou « soumis » en général est en soit une abération.

    En voyant le chien sous cet angle il est plus facile d'apprendre au chien, et de remédier aux troubles du comportement, en trouvant ce qui est payant pour lui dans certaines situations.

    On peut ainsi défaire de mauvaises associations pour en créer de meilleurs ![/center:1yprwt4o]

  6. #21
    Invité

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un



    La dominance homme / chien ou comment anéantir la confiance d’un chien



    [center:2mjklzza]Pour moi, vivre avec un chien se résume avec ces 2 mots : complicité et harmonie.

    Pour beaucoup aujourd'hui, avoir un chien est une question de standing, de sécurité, de concession ou de compensation émotive.

    En plus, subsiste encore aujourd’hui la notion que, pour avoir le contrôle sur un chien, nous devons le soumettre à notre volonté, donc devenir le dominant, l’Alpha dans la meute!




    Hors, ces schémas de dominance faisaient école dans les années 75, heureusement, les choses ont bien évolué et pour celui qui veut être un bon guide, rempli de patience et de compréhension envers son chien, les ressources existent.

    Il faut savoir que la théorie la plus dangereuses pour la relation entre le chien et l’homme, est celle de la dominance.

    Très peu de recherches ont été faites sur le sujet de la dominance chez les chiens vivant au sein d’une famille.

    Les théories que nous entendons partout à l'heure actuelle sur le comportement canin viennent en réalité de recherches faites en étudiant les loups, en captivité de surcroît, alors nous comprendrons mieux pourquoi, en y regardant de plus près,
    ces théories ne s’appliquent pas aux comportements canins.



    ...

    Le chien n’est pas un loup, des milliers d’années d’évolution ont départagé les chiens des loups de la même façon que l’évolution aurait départagé les grands singes de l’homme. Donc, les modèles de structure sociale sont aussi différents entre le chien et le loup qu’elles peuvent l’être entre les grands singes et l’homme.

    Jamais il ne nous viendrait à l’idée de copier des modèles d’éducation chez les primates pour élever les enfants, alors pourquoi regardons-nous du côté des loups, lorsque nous cherchons à mieux comprendre nos compagnons canins?



    "Les biologistes et éthologistes Ray et Lorna Coppinger ont apporté une toute nouvelle perspective à l’origine des chiens en étudiant un groupe de chiens sauvages vivant en périphérie de la ville de Pemba au Mozambique. Ils ont conclu que, lorsque les chiens avaient accès à tout ce qui était nécessaire à leur subsistance : nourriture provenant du dépotoir, eau et abri, ils n’avaient aucune raison de former des meutes.



    Ils vivaient des vies semisolitaires ou en petit groupe, la majorité du temps composé de la mère et de ses rejetons. Nous pourvoyons tout ce qui est nécessaire à la sécurité, au confort et la subsistance de nos chiens, ils ne nous perçoivent pas comme étant les dominants de la meute mais bien comme une bonne opportunité.

    Les chiens ne sont pas en compétition avec l’humain pour un rang plus élevé, pour devenir le chien Alpha.

    Selon les théories de dominance, l’Alpha devient pourvoyeur et protecteur du groupe; il serait vraiment contre productif pour un chien de convoiter ce statut lorsque tous ses besoins de base sont comblés (B.A.S.E. – bouffe, abri, sexe, eau).

    De plus, pour être en compétition pour le titre d’Alpha, il faudrait être dans la même catégorie : celle des chiens… Or, nous ne sommes pas des chiens, nous n’agissons pas comme eux, nous ne sentons pas comme eux et surtout, nous ne nous comportons pas comme eux. Le chien est un animal social tout comme nous, voilà pourquoi la cohabitation est possible.

    Certainement pas parce que nous sommes l’Alpha de leur meute!"

    La notion de dominance est donc une interprétation erronée des comportements canins.

    Avec un mode vie comme celui dans lequel nous vivons, la solution qui paraît la plus rapide est souvent celle qui est privilégiée.

    Votre chien s’assoit sur vos pieds, demande des caresses, essaie de monter sur les lits, monte sur le canapé, jappe, fonce à la porte pour sortir, tire sur la laisse, saute, vole la nourriture sur les tables ou mordille :

    ATTENTION !!!

    Vous risquez de vous faire dire que votre chien est dominant et que vous devez à tout prix reprendre le rôle de chef de meute.


    On ira peut-être même jusqu’à vous dire d'attraper votre chien par la peau du coup, de le secouer, de le forcer à ce coucher par terre sur le dos, et de le maintenir au sol jusqu’à ce qu’il se soumette. Basé sur l’observation des loups, ce comportement était perçu comme une façon pour le dominant d’imposer sa loi.

    Mais voilà, il s’agit en fait d’un rituel d’apaisement OFFERT par le subordonné. Tout ce rituel se fait sans force, ni agressivité. Par contre, des recherches ont établi que si un loup renversait un autre loup contre sa volonté, il avait clairement l’intention de le tuer.



    Imaginez maintenant comment votre chien qui a mis sa confiance en vous va interpréter ce geste….

    En tant que guide et protecteur de nos chiens, nous avons la responsabilité de regarder l’animal dans son ensemble, dès lors,
    le bien-être physique doit se situer sur la même échelle de priorités que son bien-être psychique.

    Pour le chien les deux états les plus importants, les pôles de son bien-être ou mal-être se résument à ceci : la sécurité ou le danger.

    Ces états varient en intensité et motivent la totalité de ses actions.

    L'apprentissage du chien se fait plus rapidement s'il se sent complètement en sécurité!

    Lorsque le chien est dominé, soit par des moyens aversifs, soit par des contentions inappropriées, nous augmentons son insécurité. De ce fait, nous diminuons sa capacité d’apprentissage.




    Le but de l'éducation est de guider le chien vers des comportements en accord avec notre mode de vie.

    Il y a des méthodes simples, efficaces et rapides pour obtenir les comportements désirés de nos compagnons canins et ce, dans le respect et la non-agressivité.

    En dominant, seule la peur est enseignée, et par peur, votre chien finira par vous donner le comportement voulu…. Mais pour combien de temps et qu’en est-il de la complicité et de l’harmonie!? [/center:2mjklzza]


    Nous avons la responsabilité des animaux qui partagent notre vie et c’est seulement par une socialisation adéquate, un entraînement basé sur le renforcement positif et le plaisir, que nous parviendrons à réaliser une complicité entre le guide et son chien. [center:2mjklzza]Le chien nous donne sa confiance et ce don demande beaucoup de courage, apprécions et respectons ce don à sa juste valeur… [/center:2mjklzza]
    Azoth aime ça.

  7. #22
    Caribou Nordique Avatar de lealouboy
    Localisation
    Dordogne
    Âge
    40
    Messages
    12 221
    Date d'inscription
    avril 2008

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    Cette étude est vraiment très interessante :merci:

  8. #23
    Coupe d'argent !
    Messages
    6 037
    Date d'inscription
    septembre 2007

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    whoua merci nyunyu pour cette "fiche" à la fois très claire, complète et synthétique!

    par contre Ijkl, même si tes documents sont très intéressants, je ne crois pas qu'ils aient leur place ici puisque ce post est destiné à de futurs adoptants qui ont besoin des infos de base et non pas d'une étude comportementale précise.
    "Pourquoi appelle-t-on cruauté le fait de frapper un animal, agression le fait de frapper un adulte et éducation le fait de frapper un enfant ?" Olivier Maurel

  9. #24
    Invité

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    Citation Envoyé par dedel
    whoua merci nyunyu pour cette "fiche" à la fois très claire, complète et synthétique!

    par contre Ijkl, même si tes documents sont très intéressants, je ne crois pas qu'ils aient leur place ici puisque ce post est destiné à de futurs adoptants qui ont besoin des infos de base et non pas d'une étude comportementale précise.
    Bin pour moi ils ont leur place

    C'est quand meme bon a savoir qu'un chien ne se domine pas, qu'il n'y a pas de dominant ou dominé et que l'humain n'a donc pas a etre un chef de meute, mais seulement un guide, désolé mais pour moi c'est fondamentale !!!

  10. #25
    Saint Bernard Avatar de Valkane
    Fonction
    Association
    Association
    Bêtes de scène
    Localisation
    35
    Âge
    37
    Messages
    787
    Date d'inscription
    avril 2005

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    ijkl MERCI !

    je rajouterai pour le mordillement

    Pour travailler sur les mordillement (ou inhibition de la morsure), il faut garder en tête que le mordillement du chiot est normal, et qu'il cesse de lui meme au fil du temps, il faut profiter du fait que le chiot mordille encore pour lui apprendre à doser sa force, et a ne pas faire mal.

    1ére étape

    Laissez vous mordiller, dès que le chiot vous fait mal retirez la main
    en disant "aïe" d'une voix aïgue puis recommencer à jouer avec votre
    chiot, refaite ceci jusqu'a ce que le chiot puisse jouer à mordiller
    sans faire mal, car ce que vous voulez lui apprendre c'est qui a le
    doit de jouer avec vous mais qu'il ne doit pas vous faire mal.

    2ème étape

    Au bout de quelque temps le chiot devrait pouvoir mordiller sans faire
    mal, répetez l'étape 1 dès que vous sentez que le chiot met de la
    pression, même s'il ne fait pas mal.


    3ème étape

    Ne lui laissez plus la possibilité de jouer avec la gueule quand il le
    veut, c'est à vous de controler les moments ou il a le droit de le
    faire.


    Vous aurez ainsi un chiot qui sait doser sa force, qui peut jouer avec
    des enfants sans faire mal, et qui si un jour, une fois adulte a une
    réaction de
    douleur ou de peur ne vous blessera pas, car il aura appris à controler et a doser sa machoire !!!

    En interdisant (en disant non ou en reprimendant physiquement) le
    mordillement on n'apprends pas au chien à doser, certe il peut ne plus
    mordiller mais il n'a pas travailler l'inhibition de sa morsure donc
    plus tard vous pourriez avoir des soucis car le chien ne saura pas que
    ses dents font mal.
    La réprimande physique a un autre inconvéniant, c'est que sans le
    vouloir, en croyant réprimander les mordillement votre chiot peut
    comprendre que vous réprimander ses jeux et ses demandes de contacts et
    d'attention, hors ce que vous voulez c'est juste qu'il ne mordille pas
    trop fort et qu'il se controle, pas qu'il n'ai plus envie de jeux et de
    caresses.

    Il est relativement plus difficile de travailler cette inhibition chez
    un chien adulte donc profitez des mordillements de votre chiot !

    Il faut vraiment éviter de cumuler plusieurs méthodes cela ne ferait que mettre votre chiot en incompréhension.

  11. #26
    Accro au forum ! Avatar de Nyunyu
    Fonction
    Bénévole
    Association
    Amstaff Rescue H
    Localisation
    77410
    Âge
    32
    Messages
    2 512
    Date d'inscription
    octobre 2004

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    Citation Envoyé par Ijkl
    Dans la nature, le chien est un animal grégaire. Il s'insere dans une meute au sein de laquelle il a une place bien définie. Cette place le rassure. Lorsque nous adoptons un chien, il faut lui attribuer une place dans la maison afin qu'il sache où se situer dans la famille. Faute de quoi le chien pense automatiquement qu'il est en charge de la meute-famille. Et là ça coince si le chien ne parvient pas à assumer ce rôle.
    Donc la première étape consiste à faire comprendre au chien que VOUS etes le chef en charge de la responsabilité de la maison. Pour cela, il faut adopter le comportement d'un chef de meute. Pour le problème qui nous occupe, un chien chef de meute peut aller et venir comme bon lui semble. Les autres ne paniquent pas parce qu'il émet des signaux qui signifient : "tout est normal, je suis parti, je reviens, mais tout est parfaitement normal". C'est aussi ce que tu dois transmettre à ta chienne.
    Concrètement : lorsque tu pars (= lorsque le chiot/chien ne te voit plus : ça peut simplement être un changement de pièce) et lorsque tu reviens, essaies d'être le plus neutre possible. Ne cours pas saluer ton chien par exemple ou ne crie pas. Reste calme et ne communiques pas avec lui jusqu'à ce qu'il se soit calmée à son tour.
    Je veux juste dire que je ne suis pas d'accord avec cela...
    Bhen moi si :hein2:

    Personne ne parle de coller le chien dans le mur s'il ne t'obéit pas ou de le retourner en le tenant par le cou, ou encore l'empecher d'aller dans le canap.

    Mais de se positionner en tant que chef/leader de la petite famille.

    Chez moi c'est la fete du slip totale, MAIS les chiens savent que la "référence", celle á qui on obéit et fait confiance, c'est moi.

    :hein2:

  12. #27
    Caribou Nordique Avatar de lealouboy
    Localisation
    Dordogne
    Âge
    40
    Messages
    12 221
    Date d'inscription
    avril 2008

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    Citation Envoyé par Nyunyu
    Citation Envoyé par Ijkl
    Dans la nature, le chien est un animal grégaire. Il s'insere dans une meute au sein de laquelle il a une place bien définie. Cette place le rassure. Lorsque nous adoptons un chien, il faut lui attribuer une place dans la maison afin qu'il sache où se situer dans la famille. Faute de quoi le chien pense automatiquement qu'il est en charge de la meute-famille. Et là ça coince si le chien ne parvient pas à assumer ce rôle.
    Donc la première étape consiste à faire comprendre au chien que VOUS etes le chef en charge de la responsabilité de la maison. Pour cela, il faut adopter le comportement d'un chef de meute. Pour le problème qui nous occupe, un chien chef de meute peut aller et venir comme bon lui semble. Les autres ne paniquent pas parce qu'il émet des signaux qui signifient : "tout est normal, je suis parti, je reviens, mais tout est parfaitement normal". C'est aussi ce que tu dois transmettre à ta chienne.
    Concrètement : lorsque tu pars (= lorsque le chiot/chien ne te voit plus : ça peut simplement être un changement de pièce) et lorsque tu reviens, essaies d'être le plus neutre possible. Ne cours pas saluer ton chien par exemple ou ne crie pas. Reste calme et ne communiques pas avec lui jusqu'à ce qu'il se soit calmée à son tour.
    Je veux juste dire que je ne suis pas d'accord avec cela...
    Bhen moi si :hein2:

    Personne ne parle de coller le chien dans le mur s'il ne t'obéit pas ou de le retourner en le tenant par le cou, ou encore l'empecher d'aller dans le canap.

    Mais de se positionner en tant que chef/leader de la petite famille.

    Chez moi c'est la fete du slip totale, MAIS les chiens savent que la "référence", celle á qui on obéit et fait confiance, c'est moi.

    :hein2:
    pour moi les 2 aspects ne sont pas incompatibles, l'essentiel est de comprendre les comportements de son chien :hein2:
    On peut très bien se faire respecter de son chien (donc quelque part être le leader) en renforçant les comportements positifs (dans lequel le chien trouve son confort dans l'obéissance, puisqu'il se soucie en priorité de son propre bien être)...
    Je pense que c'est ce que dit Nyunyu k:

  13. #28
    Invité

    ccord mais avec

    Ce n'est pas avec la totalité que je ne suis pas d'accord mais avec certains mots (en rouge)

    Citation Envoyé par Nyunyu
    Citation Envoyé par Ijkl
    Dans la nature, le chien est un animal grégaire. Il s'insere dans une meute au sein de laquelle il a une place bien définie. Cette place le rassure. Lorsque nous adoptons un chien, il faut lui attribuer une place dans la maison afin qu'il sache où se situer dans la famille. Faute de quoi le chien pense automatiquement qu'il est en charge de la meute-famille. Et là ça coince si le chien ne parvient pas à assumer ce rôle.
    Donc la première étape consiste à faire comprendre au chien que VOUS etes le chef en charge de la responsabilité de la maison. Pour cela, il faut adopter le comportement d'un chef de meute. Pour le problème qui nous occupe, un chien chef de meute peut aller et venir comme bon lui semble. Les autres ne paniquent pas parce qu'il émet des signaux qui signifient : "tout est normal, je suis parti, je reviens, mais tout est parfaitement normal". C'est aussi ce que tu dois transmettre à ta chienne.
    Concrètement : lorsque tu pars (= lorsque le chiot/chien ne te voit plus : ça peut simplement être un changement de pièce) et lorsque tu reviens, essaies d'être le plus neutre possible. Ne cours pas saluer ton chien par exemple ou ne crie pas. Reste calme et ne communiques pas avec lui jusqu'à ce qu'il se soit calmée à son tour.
    Je veux juste dire que je ne suis pas d'accord avec cela...
    Bhen moi si :hein2:

    Personne ne parle de coller le chien dans le mur s'il ne t'obéit pas ou de le retourner en le tenant par le cou, ou encore l'empecher d'aller dans le canap.

    Mais de se positionner en tant que chef/leader de la petite famille.

    Chez moi c'est la fete du slip totale, MAIS les chiens savent que la "référence", celle á qui on obéit et fait confiance, c'est moi.

    :hein2:

  14. #29
    Habitué Avatar de Numaaa
    Fonction
    Association
    Association
    AUXILIO
    Localisation
    RP - 78
    Âge
    28
    Messages
    807
    Date d'inscription
    décembre 2008

    Re: Petit manuel á lire précieusement avant l'adoption d'un

    On dirais qu'il a débat ici, mais pour moi le post de base est chouette, je voudrai adopter un chien, et ca me donne les bases pour que ca se passe bien...

    Bien sur tout n'est pas dis je suppose mais ca aide bien quand on est hyper novice et qu'on veut bien faire...

    Merci en tout cas
    Association Auxilio

    ** http://auxilio-association.cabanova.com **


  15. #30
    Chihuahua
    Messages
    3
    Date d'inscription
    mai 2009

    Adoption de chiot

    Merci pour les post pour éduquer un chienm je sais que c'est théorique et que chaque situation doit etre etudier mais je pense que ce va maider

 

 
Page 2 sur 5 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien