Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Alerte après l'empoisonnement de plusieurs oiseaux protégés

C'est une discussion Alerte après l'empoisonnement de plusieurs oiseaux protégés dans le forum Général & Actualités sur les Animaux et la Protection, dans la catégorie Protection et Mode de Vie ; ...

  1. #1
    Libellule Funambule Avatar de phacélie
    Messages
    7 740
    Date d'inscription
    janvier 2010

    Alerte après l'empoisonnement de plusieurs oiseaux protégés

    Le Parc national des Cévennes sonne l'alerte après l'empoisonnement de plusieurs oiseaux protégés

    Selon le Parc national des Cévennes, l’impact des produits phytosanitaires sur l’ensemble des chaînes alimentaires participent à l’effondrement de la biodiversité. S’ajoute à ces pratiques banalisées malgré leur critique, l’utilisation illégale de certains produits proscrits en France.




    Le site Grands Causses de la LPO France, la LPO Aveyron, le Parc national des Cévennes, le Parc naturel régional des Grands Causses, la Fédération départementale des chasseurs de la Lozère, les syndicats apicoles de la Lozère et de l’Aveyron sonnent l’alerte dans les Grands-Causses. Depuis le début de l’année, le nombre d’oiseaux empoisonnés dans les Grands Causses est éloquent : un vautour moine, un vautour fauve et tout récemment un gypaète barbu, Durzon.


    Réintroduit en 2017 en Aveyron, ce gypaète a été retrouvé mort sur la commune de Millau, intoxiqué par la nourriture qu’il venait tout juste de consommer. Les rapaces nécrophages sont particulièrement touchés par les toxiques puisqu’ils sont situés en bout de chaîne alimentaire. Cette liste s’ajoute à l’intoxication d’un vautour percnoptère en 2007, un milan royal en 2011, un aigle royal en 2012, un vautour fauve et un vautour moine en 2013.


    En cause, un insecticide de la famille des carbamates, figurant parmi les pesticides les plus toxiques pour l’homme (classé "très dangereux" par l’Organisation mondiale de la Santé) et dont l’usage est interdit en France depuis 2008 (World Health Organization, 2010). Pourtant sa vente continue de prospérer sur les sites internet, sans aucune restriction.


    Longtemps utilisé dans l’agriculture ou pour lutter radicalement contre des animaux jugés"indésirables", l’insecticide en question est aujourd’hui volontairement et illégalement déposé dans la nature pour tuer, sous forme d’appâts imprégnés de produit ou de proies empoisonnées.

    Un problème sanitaire pour la nature et pour l'homme

    Arme silencieuse, le poison laisse des traces au-delà de sa cible principale. En effet, son impact est bien plus large : au-delà des vautours, d’autres rapaces, d’autres oiseaux mais aussi des mammifères sauvages ou domestiques, sans oublier le sol ou la ressource en eau, peuvent être touchés. Ainsi par cascades trophiques, l’écosystème dans son intégralité est affecté. Dès lors, les effets de ces utilisations constituent indéniablement un problème sanitaire pour l’Homme.


    La mort de Durzon fait écho à d’autres cas d’utilisation illégale du poison, trop nombreux pour être seulement dus à l’écoulement de stocks anciens d’insecticides.


    Le site Grands Causses de la LPO France, la LPO Aveyron, le Parc national des Cévennes, le Parc naturel régional des Grands Causses, la Fédération départementale des chasseurs de la Lozère, les syndicats apicoles de la Lozère et de l’Aveyron dénoncent ces comportements, qui constituent un délit. La destruction, volontaire ou involontaire d’espèce protégée est punie de deux ans d’emprisonnement et de 150.000 euros d’amende. Tous les efforts, humains et financiers, mis en oeuvre pour la protection des espèces et la préservation de la biodiversité dans son ensemble sont mis à mal par l’utilisation de ces biocides.


    Pratique illégale et pourtant encore répandue, "l’empoisonnement de la faune sauvage doit cesser". Sur le terrain, toutes ces structures sont mobilisées pour mettre un coup d’arrêt à cette pratique. "Nous demandons par ailleurs l’interdiction de la vente sur internet de cet insecticide illicite et encourageons la population à signaler tout grand rapace trouvé mort", précisent-elles.

    https://www.francebleu.fr/infos/clim...ges-1530172657
    "Pourquoi voudriez-vous qu’il y ait sur la Terre une multitude de vies ? Il n’y a qu’une vie qui, végétale, animale ou humaine, naît, rit, pleure, jouit, souffre et meurt. Une seule. Et c’est déjà bien assez merveilleux." A. Einstein

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #2
    Plus rien ne l'arrête ! Avatar de armandine
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    Région parisienn
    Messages
    4 019
    Date d'inscription
    juin 2009
    Que dire devant tant de conneries, de debilites humaines recurrentes...c'est continuellement et sous n'importe quelle forme que l'humain detruit les animaux et l'environnement.
    Bocaux = engin de torture et de mort.
    C'est 50 L minimum par poisson rouge et ils doivent vivre au minimum à deux (animaux grégaire) dans un bac planté de plantes naturelles

  3. #3
    Libellule Funambule Avatar de phacélie
    Messages
    7 740
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Dans le Grand Est aussi :

    Grand Est : qui en veut au Milan royal ?


    Depuis le début du printemps 2018, ce ne sont pas moins de douze Milans royaux qui ont été retrouvés morts dans la région du Grand Est. Or, ces grands rapaces sont inscrits sur la liste rouge des espèces menacées et sont protégés sur l’intégralité du territoire français. Pourtant, ils sont toujours victimes d’empoisonnements…

    L’année 2018 semble se diriger vers un triste record pour les grands rapaces de France. Depuis le début de l’année, ce ne sont pas moins de vingt-six milans royaux qui ont été retrouvés morts sur tout le territoire français et parmi eux, douze pour la seule région du Grand Est.

    Insecticides pernicieux

    Parmi ces rapaces retrouvés morts, un certain nombre a été victime d’empoisonnement au « carbofuran », un insecticide normalement interdit sur tout le territoire français depuis 2008 mais que certains agriculteurs continuent à utiliser, simplement en achetant le produit à l’étranger.

    C’est notamment le cas du dernier rapace retrouvé sans vie sur la commune de Vitrey en Meurthe-et-Moselle, dans le courant du mois de mai.

    « Des gens, souvent dans le milieu agricole, utilisent illégalement ce produit pour éliminer les nuisibles. Le milan royal n’est pas le seul visé, mais il n’y échappe pas non plus. Cela met à mal tout l’équilibre de l’espèce », explique Guillaume Leblanc, chargé de la coordination du plan régional d’action pour le milan royal en Lorraine.

    Populations fragiles

    Toujours est-il que les associations de défense des animaux se font du souci au sujet des rapaces retrouvés morts dans l’est de la France. Sur les douze cadavres d’oiseaux, sept ont été clairement empoisonnés. Reste maintenant à définir les circonstances précises.

    Dans les colonnes de nos confrères de l’Est Républicain, Sébastien Didier de la LPOprécise :
    « C’est assez compliqué à prouver officiellement. Il faut déjà retrouver l’oiseau. Il faut également que la mort soit encore récente. Quand les conditions sont réunies, les analyses ne laissent que peu de place aux doutes quant au fait que les oiseaux ont été empoisonnés. »

    Un rapace à défendre

    La France accueille sur son territoire un sixième de la population globale de milans royaux et pourtant chaque année, 2 à 3% d’entre eux meurent d’empoisonnement chaque année. Selon les plus récents comptages effectués dans l’est de l’Hexagone, il resterait environ 250 couples en Lorraine et une cinquantaine en Alsace.

    Malgré la protection de l’intégralité des rapaces sur le territoire français à compter de 1972, le milan royal a connu une chute brutale de ses effectifs dans le courant des années 1990.

    Un travail de titan mené par les collectivités, les associations, l’Etat français et même l’Union Européenne a permis la sauvegarde de ce magnifique rapace à la queue échancrée. Mais cet équilibre demeure fragile, car les empoisonnements aux insecticides interdits ne sont pas les seules menaces qui pèsent sur le magnifique oiseau.

    (il y a une vidéo sur le site)
    https://www.ohmymag.com/best-friends...art119110.html



    Dernière modification par phacélie ; 03/07/2018 à 17h22.
    "Pourquoi voudriez-vous qu’il y ait sur la Terre une multitude de vies ? Il n’y a qu’une vie qui, végétale, animale ou humaine, naît, rit, pleure, jouit, souffre et meurt. Une seule. Et c’est déjà bien assez merveilleux." A. Einstein

 

 

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien