Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Affichage des résultats 1 à 7 sur 7
Arbre des j'aime1Aime
  • 1 Message par volcane

Amélioration des conditions de vie des animaux de laboratoire

C'est une discussion Amélioration des conditions de vie des animaux de laboratoire dans le forum Général & Actualités sur les Animaux et la Protection, dans la catégorie Protection et Mode de Vie ; ...

  1. #1
    Chihuahua
    Messages
    5
    Date d'inscription
    août 2007

    Amélioration des conditions de vie des animaux de laboratoire

    Bonjour,
    Je me présente ; je suis actuellement étudiante en 3ème année de biologie, dans l'objectif de suivre des études d'éthologie (étude du comportement) afin d'étudier les manières d'améliorer le bien-être d'animaux élevés en captivité. Je vous écris car au cours de ces 3 années d'étude, j'ai été profondément choquée par la manière dont les animaux modèles sont utilisés à des fins pédagogiques. Pour ma part, je me suis renseignée afin d'éviter toutes les options induisant des expériences sur des animaux (vivants ou non) mais beaucoup d'étudiants ont été amenés à réaliser des expériences dont je vous passerai les détails, même au cours des 1ères et 2èmes années de licence. Je ne comprends pas pourquoi la biologie, qui se veut l'étude du vivant, devrait nécessairement impliquer l'expérimentation animale et leur considération comme de simples objets d'études. Je comprends que certains futurs chercheurs, médecins et vétérinaires aient besoin de ce genre de pratiques pour apprendre, s'entraîner et progresser, mais parmi les étudiants en biologie, beaucoup ont pour ambition de poursuivre les études en écologie, biodiversité ou même en éthologie comme moi, et n'ont donc aucune raison d'effectuer ce genre d'expériences qui coûtent alors de façon totalement inutile la vie de nombreux animaux de laboratoire. Pour l'instant, n'étant encore qu'étudiante et n'ayant aucune légimité, je ne peux réaliser aucune action concrète si ce n'est de la sensibilisation auprès de mes coétudiants (qui, pour la plupart, me rient au nez). J'espère que j'aurai plus de poids dans quelques années, quand j'exercerai enfin le métier qui me passionne. Je sais que je trouverai ici des personnes qui partagent mon opinion. Je viens de créér une page Facebook qui, bien que n'ayant aucune utilité pour le moment, me permet de fixer mes objectifs et de réunir des gens qui ont peut-être plus d'influence que moi, en vue peut-être d'ici quelques temps de lancer des actions qui pourraient réellement aider à sensibiliser le grand public. Je ne suis pas extrémiste, je ne suis pas fermée d'esprit ni dans un sens ni dans l'autre, et moi-même je serai amenée à réaliser des expériences sur des animaux de laboratoire afin d'étudier leur comportement. J'aimerais seulement faire bouger un peu les choses et sensibiliser le milieu de la recherche sur le fait que les animaux (dont nous faisons partie, il est souvent nécessaire de le rappeler) sont des êtres sensibles, doués d'intelligence, certains de conscience de soi, et que quoi qu'il en soit ils méritent d'être traités comme tels et non comme nos serviteurs ou pire, comme des objets. Si vous voulez vous joindre à moi dans ce (futur) combat, voici son adresse : http://www.facebook.com/pages/Pour-q...ref=ts&fref=ts
    Je serais également ravie d'en discuter ici avec vous. Merci de m'avoir lue jusqu'au bout.
    Dernière modification par Sova ; 04/01/2013 à 04h25. Motif: URL incorrect

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #2
    Je scrute le forum Avatar de aristraitchat
    Fonction
    Association
    Association
    ARISTRAITCHAT
    Localisation
    LE TRAIT 76
    Messages
    1 668
    Date d'inscription
    octobre 2011
    En espérant que l'humanité finisse rapidement par respecter toutes les vies.

  3. #3
    Chihuahua Avatar de #MATHIEU
    Fonction
    Bénévole
    Localisation
    FROUARD
    Âge
    37
    Messages
    10
    Date d'inscription
    mai 2012
    La Vivisection est un crime,
    il existe des méthode de substitutives comme:
    -test robotisé
    -test sur des cultures de cellules
    -simulation informatique, mathématique
    ...etc...

    il existe des centre pour les alternatives aux
    tests sur animaux
    qui réalise des recherche saine et qui démontre que les teste peut
    être remplacer,

    ils y a ut des découvertes sans teste sur animaux comme:
    -l aspirine
    -les groupes sanguine
    -fonctionnement du code génétique
    et plein d autre




    voila pour coi les futurs chercheurs, médecins et vétérinaires non pas besoin d aller a****** des animaux
    des être vivants,
    L' animal ne posséde rien, sauf sa vie,
    que si souvent nous lui prenons.

  4. #4
    Chihuahua
    Messages
    5
    Date d'inscription
    août 2007
    Aristraitchat : Tout-à-fait d'accord avec toi ! J'espère qu'un jour les Hommes comprendront qu'ils ne sont pas les maîtres de l'univers et que les autres espèces animales ont autant le droit que nous de vivre.

    Bonjour Mathieu. Je pensais exactement comme toi il y a quelques années, j'ai d'ailleurs fait circuler de nombreuses pétitions à ce sujet étant petite, mais mes études en biologie m'ont fait comprendre que malheureusement les recherches sur des êtres vivants sont indispensables dans certains domaines.
    Certaines étapes des recherches sur le cancer par exemple (pour ne citer que celles-ci), et plus généralement sur l'effet de certains médicaments ou de maladies sur l'organisme ne peuvent être réalisées que sur des êtres vivants et nécessitent bien souvent l'action des organes et du système immunitaire ; de ce fait, elles ne peuvent pas être effectuées sur une simple culture de cellules. Par exemple, afin de démontrer les effets cancérigènes d'un produit (que ce soit sur l'Homme ou sur d'autres espèces), il est nécessaire de réaliser l'expérience sur un mammifère vivant et entier dont le corps fonctionne plus ou moins de la même manière que nous (certaines expériences ne sont donc pas envisageables sur des levures, des bactéries ou le ver C.elegans par exemple). Il se trouve que la souris est l'animal modèle pour les mammifères, car elle a comme avantage pour les chercheurs d'être très facile à élever, peu coûteuse, de se reproduire rapidement, d'avoir une durée de vie relativement courte mais surtout d'avoir plus de 95% de gènes en commun avec l'Homme et la plupart des autres mammifères.

    En revanche, là où je suis tout-à-fait d'accord avec toi, c'est sur le fait que les animaux de laboratoire sont utilisés pour tout et n'importe quoi et qu'il y a énormément d'abus. Faire des expériences sur des animaux vivants pour tester de la lessive ou des produits de cosmétique, c'est selon moi inadmissible.
    De même, faire disséquer des rats anesthésiés à des groupes de 15 étudiants pour illustrer un cours de physiologie, ça me révolte. D'autant plus que comme je l'ai dit précédemment, une grande partie de ces étudiants n'ont pas pour vocation de faire de la recherche ou de la médecine, et quand-bien même, une seule expérience filmée et diffusée en amphi ou en TD serait largement suffisante et éviterait la mort et la souffrance inutiles de milliers de rats et de souris chaque jour.
    Il serait temps que certaines personnes se rendent compte du fait qu'un animal n'est pas un objet, qu'il se doit d'avoir une vie décente, d'être traité et manipulé avec respect. On se permet des choses avec les animaux qu'on ne se permettrait jamais avec les humains. On parle beaucoup de l'éthique mais uniquement d'un point de vue humain, et je pense qu'il serait très important de se pencher sur le problème de l'éthique animale.

  5. #5
    save-animals
    Invité
    Bonsoir Sova,

    Pour tes études, une connaissance d'une connaissance a fait ses études à Lyon pour la licence de biologie et n'a pas eu à faire de tests sur les animaux mais je ne saurais pas dire l'université. Surtout que j'ai une autre connaissance qui fait ses études sur Lyon en licence de biologie et il y a des dissections au programme.
    A part ça, le pays où aller, c'est l'Italie où les dissections dans les écoles sont interdites.

    Si tu viens à te lancer dans des études d'éthologie, pour éviter les tests sur les animaux, il y a la fac de Paris 13.

    Je te conseille aussi de t'informer sur les avis opposés de ce que disent tes cours de biologie si tu ne le fais pas déjà. Et faire la lumière entre les deux courants. Car bon, les études, c'est un sacré formatage et les profs ne parleront pas de ce qui pourrait contrarier toutes leurs théories comme les alternatives aux tests sur les animaux, le végétalisme...

    ça dépend ce qu'on voit par indispensable.
    Perso, je suis contre le fait que des animaux soient sacrifiés par l'être humain pour sauver d'autres animaux ou humains.
    Même si on devait revenir au Moyen-Age niveau technologique pour que les chercheurs ne fassent pas de tests sur les animaux, je dirais oui sans hésiter.
    Concernant le cancer, il y a eu des chercheurs dans les années 50-70 qui ont du se taire sur leurs recherches et qui réussissaient à guérir le cancer. Même si certains peuvent être des charlatans, j'ai l'impression que André Gernez par exemple pourrait être sérieux.

    Pour les médicaments, de nombreux médicaments ont été retirées du commerce car les essais sur les animaux n'étaient pas transposables aux humains et inversement. Par exemple, bien connu, le Médiator.
    http://medicaments.wordpress.com/200...n-laboratoire/
    http://antidote-europe.org/fr/campaigns/
    Avoir tel pourcentage de gêne en commun, ça ne veut rien dire.

    On pourrait tester autrement :
    Tester les médicaments de façon sûre sur des humains

    Les nouveaux médicaments passent par 3 phases basiques : in vitro (tube à essai) et in silico (modélisation par ordinateur) ; les tests sur animaux puis finalement les essais cliniques.

    Avant de tester une substance sur des humains, il doit exister une preuve concluante de la sûreté et de l’efficacité de celle-ci. Aucune méthode, animale, humaine ou in vitro ne peut prévoir les réactions humaines de chaque patient à 100%. Les réactions sont différentes selon le sexe, l’âge, le groupe ethnique, et même entre membres d’une même famille. Nous sommes tous différents, mais les différences sont moindres entre humains qu’entre animaux et humains. Les distinctions humains-animaux sont si importantes qu’elles rendent toute extrapolation dangereuse. Les méthodes alternatives ne permettent pas d’éviter les échecs, mais offrent une bien plus grande sécurité.

    Il existe d’excellentes méthodes in vitro et in silico de nos jours. De nombreuses entreprises se spécialisent dans la modélisation par ordinateur afin de vérifier les effets toxiques potentiels. Une gamme très variée de logiciels de prévision est disponible, y compris des simulations complètes d’essais cliniques. D’autres entreprises se focalisent sur l’évaluation de la sécurité et de l’efficacité de tissus humains. Une étude internationale sur 10 ans a prouvé que les tests utilisant la culture de cellules humaines sont plus précis et fournissent des informations plus utiles sur les mécanismes toxiques que les tests sur animaux traditionnels.

    Au lieu des études précliniques basées sur des animaux, les patients et volontaires des études cliniques qui suivent seraient mieux protégés si l’on adoptait des études préliminaires micro dosées (ou essais cliniques en " phase 0 "). Les études micro dosées impliquent l’administration de doses infimes (et sûres) de la substance à tester à des volontaires surveillés par scanner. Le micro dosage humain, basé sur le concept selon lequel l’homme est le meilleur modèle de l’homme, permet de sélectionner les meilleurs candidats avant de s’avancer dans le développement complet du test, ce qui réduit donc par la suite le taux d’échec au cours des phases plus délicates et plus chères.

    Au cours des essais cliniques, il faudrait effectuer les mesures pharmacologiques appropriées, ce qui permettrait de prévenir des problèmes potentiels. Il est vrai que certains effets secondaires rares ne sont détectés que lorsque le médicament est prescrit à une importante quantité de personnes. C’est pourquoi la surveillance post-commercialisation (ou post AMM) est si importante et qu’elle doit être renforcée afin de relever ces effets le plus rapidement possible. Les rapports d’effets indésirables de médicaments sont actuellement grandissants aux Etats Unis où le chiffre record de 422 500 effets indésirables a été enregistré par la FDA en 2004. La FDA avertit que le nombre actuel pourrait être 10 à 100 plus important en raison des effets non rapportés.
    http://www.stopvivisection.info/spip.php?article101

    Le deuxième point du raisonnement est que les fonctions biologiques sont déterminées par les gènes. Cette notion est très populaire de nos jours où l’on cherche une prédisposition génétique à de nombreuses maladies et même à des traits de caractère ! Deux gènes qui contiendraient des variations minimes peuvent générer des protéines radicalement différentes.En résumé.Premier point, chaque espèce animale a un patrimoine génétique unique.Deuxième point, le patrimoine génétique détermine la structure des protéines qui assurent les fonctions biologiques. Troisième point et conclusion : deux espèces différentes auront des protéines différentes, donc, des fonctions biologiques modifiées.
    http://home.naturopathe.over-blog.co...-88139681.html

    Autre exemple, l'aspirine a été commercialisée très longtemps après sa découverte car les résultats sur les animaux étaient négatifs au contraire de l'être humain.
    Même si je ne suis pas adepte du tout des médicaments ^^.

    Le Dr Richard Klausner, ancien directeur de l’Institut National du Cancer aux Etats-unis regrette : " L’histoire de la recherche sur le cancer se résume à chercher un traitement du cancer chez la souris. Nous soignons des souris depuis des dizaines d’années, mais ça ne marche tout simplement pas chez l’homme. " L’Institut National du Cancer pense que nous sommes passés à côtés de certains traitements car ils ne fonctionnaient pas chez les souris.

    La fumée de cigarette, l’amiante, l’arsenic, le benzène, l’alcool et les fibres de verre sont tous surs à la consommation, selon les études animales.

    Sur 22 médicaments ayant permis de soigner les blessures de la moelle épinière chez les animaux, une seule est efficace chez l’homme.

    Sur 20 composés connus pour être cancérigènes chez l’homme, 19 sont à l’origine de cancers chez les animaux.
    http://www.stopvivisection.info/spip.php?article101

    Si les gens devenaient vegan et mangeaient une bonne proportion de cru, ça ruinerait déjà pas mal les laboratoires pharmaceutiques.
    Il faudrait aussi s'écarter des produits toxiques ou potentiellement toxiques.

    Autre chose aussi, des millions d'euros (milliards ?) sont accordées à la recherche avec tests sur les animaux mais rien n'est donné pour chercher des méthodes alternatives.

    Je me demande même si les laboratoires pharmaceutiques ne continuent pas de tester sur les animaux pour pouvoir commercialiser des produits dangereux pour l'être humain.

    Je remets en cause l'exploitation animale et pas seulement le traitement ^^.

    Désolée, c'est un peu dans le désordre, c'est que j'ai inséré des citations plutôt après.
    Dernière modification par save-animals ; 05/01/2013 à 02h09.

  6. #6
    Sharpei Avatar de Mathildev
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    Strasbourg
    Messages
    175
    Date d'inscription
    août 2012
    Pour moi, le fait de massacrer / sacrifier autant d'animaux pour des dissections ou autres de TP, au lycée à la fac, ça n'a rien à voir avec de l'expérimentation animale. C'est juste inutile et archaïque, et ça ne sert absolument pas à faire avancer la Recherche. Alors du coup, qu'on soit pro ou contre l'expérimentation animale, je ne comprends pas qu'on défende ces pratiques. Ça n'a juste pas de sens.

  7. #7
    Habitué Avatar de volcane
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    Paris 13
    Âge
    31
    Messages
    865
    Date d'inscription
    septembre 2008
    http://dissection-objection.tumblr.com/
    http://www.dissection.be/fr/alternatives.html
    je sui s en licence 2 de biologie en plus de ma formation principale, et je suis absolument contre tout les tests sur les animaux, a l’école comme en recherche médical. Meme si certaines recherches nécessitaient l'utilisation d'animaux (j'en suis pas du tout convaincue) je pense qu'on devrait s'en passer point! Les alternatives sont la, la souris n'est pas un homme de 70 kilo, pour étudier la génétique 5% de genes non en commun c'est juste énorme. Entre humains on a 99,9999% de gênes en commun et pourtant on réagit pas tous de la même façon au médicaments, alors la souris...
    armandine aime ça.
    « On n'a pas deux cœurs, l'un pour l'homme, l'autre pour l'animal… On a du cœur ou on n'en a pas ».
    Lamartine

 

 

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien