Mourir de soif, les poissons d’eau douce, non. Mais les poissons d’eau salée, oui ! Par contre les deux peuvent mourir noyés dans l’eau. Si un poisson de mer ne boit pas, il meurt de soif mais si un poisson d’eau douce boit trop, il éclate.


La question "les poissons peuvent-ils mourir de soif ou de noyade?", apparemment bête, a soulevé d’énormes recherches scientifiques qui ont débouché sur des faits et des preuves surprenants. Evoquer la question de noyade chez les animaux aquatiques comme les poissons peut ressembler à une moquerie. Car selon les raisonnements simples du commun des mortels, il est difficile de le concevoir. Et pourtant.


Quand un poisson vit en eau douce, l’intérieur de son corps est plus salé que l’eau environnante. L’eau pénètre naturellement dans son corps par ses branchies et sa peau. Ce phénomène de transfert d’eau du milieu le moins salé vers le milieu le plus salé s’appelle l’osmose.


L’osmose provoque un transfert d’eau inverse chez les poissons d’eau salé. De l’eau sort de leurs corps vers celle plus salée de la mer. Pour compenser cette perte d’eau les poissons d’eau salée doivent boire. Le corps de ces poissons extrait le sel de l’eau de mer et le rejette par l’urine. Les poissons d'eau douce, eux, urinent beaucoup, pompent des sels par les branchies et en réabsorbent via les reins.


À la différence des poissons d'eau de mer, les poissons d'eau douce n'ont pas soif ou presque pas. Cela s'explique par la pression osmotique, la pression exercée de part et d'autre d'une membrane semi-perméable par deux liquides de concentrations différentes. A rappeler qu’une membrane semi-perméable est une membrane qui permet à l'eau de passer mais est imperméable au sel.


Si nous avons de l'eau salé d'un côté de la membrane et de l'eau non salée de l'autre côté, par pression osmotique, l'eau douce aura tendance à aller vers l'eau salée jusqu'à ce que les deux côtés de la membrane soient équilibrés. En ce qui concerne les poissons marins, il y a moins de sel dans leur corps que dans l'eau de mer. À cause de la pression osmotique, ils auront tendance à perdre leur eau, ils doivent donc beaucoup boire.


C'est l'inverse dans l'eau douce, les poissons d'eau douce sont plus salés que l'eau dans laquelle ils nagent et ils auront tendance à se gonfler d'eau douce qu'ils doivent passer leur temps à éliminer en urinant. Le requin est une exception car il ne subit aucune pression, il a la même pression osmotique que l'eau.


Tandis qu'un poisson de mer boit de 10 à 30 ml/jour, un poisson d'eau douce boit peu ou pas, de 1 à 5ml/jour. En plus de l'eau qu'ils avalent en se nourrissant, les poissons de mer ouvrent régulièrement la bouche pour boire.


Si les poissons arrêtent de se déplacer, il meurt d'asphyxie, surtout dans les milieux naturellement pauvres en oxygène. Pour respirer ils arrivent à extraire le dioxygène de l’eau grâce à un système respiratoire adapté au monde aquatique : les branchies. Cependant pour certains poissons, ce type de respiration est insuffisant.


C’est notamment le cas pour les espèces de la famille des Labyrinthidés, dont le représentant le plus connu est le combattant du Siam généralement appelé (Betta Splendens). En effet, plus une eau est chaude, moins elle peut contenir de gaz dissout et donc de dioxygène nécessaire à la survie du poisson.


Dans le cas présent, le poisson se retrouve donc en situation inconfortable : il n'a pas assez d’oxygène dans son eau pour respirer correctement. Toutefois, comme son nom l'indique, le labyrinthidés possède un organe particulier : le labyrinthe. Il s'agit d'un organe dont le fonctionnement est similaire sur certains aspects à celui d’un poumon.


Il est fortement vascularisé (il possède de nombreux vaisseaux sanguins) et, grâce à ses nombreux replis, il présente une grande surface pour les échanges gazeux. Ainsi, cette espèce s'est adaptée pour survivre dans des milieux pauvres en oxygène, en respirant l'air de la surface. La contrepartie, c'est que privé d’accès à l’air libre, il peut mourir noyé par un manque de dioxygène !


La compression des ouïes ainsi que l’immobilisme concourent inéluctablement à la noyade. C’est ce qui se produit lors qu’ils sont capturés par des filets de pêche.


Les baleines ou des dauphins n'utilisaient que l'oxygène de l'air, sont donc obligés de remonter à la surface pour respirer. Seulement, ces deux-là ne sont pas des poissons, mais des mammifères marins ! Ils ont de véritables poumons, et plongent littéralement en apnée. S'ils sont empêchés de remonter à la surface, ils peuvent donc également se noyer.

http://www.loophaiti.com/content/les...f-ou-de-noyade