Suivez nous...
Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Facebook Google+
S'inscrire



Affichage des résultats 1 à 6 sur 6
Arbre des j'aime3Aime
  • 1 Message par Oxo
  • 1 Message par Daysie433
  • 1 Message par teddy82

Nade, mon ange

C'est une discussion Nade, mon ange dans le forum Hommages, dans la catégorie Vos Animaux ; ...

  1. #1
    Caniche Avatar de stroke
    Fonction
    Indépendant
    Localisation
    94
    Âge
    27
    Messages
    65
    Date d'inscription
    juillet 2013

    Nade, mon ange

    Notre rencontre.

    Quand j'étais petite je n'avais pas d'amis. Je rêvais d'avoir un chien, maman aussi, mais nous vivions en appartement et à cinq nous étions déjà à l'étroit. En 1999, alors que j'avais 6 ans et que je faisais mon entrée en classe de CP, nous avons emménagé dans une belle et grande maison avec un jardin et une forêt juste en face. Peu après, cette même année, mon père m'a fait la surprise de m'emmener dans un refuge, dans la ville d'à côté. Ce fut pour moi un jour très spécial qui restera gravé à tout jamais dans ma mémoire. C'était un samedi matin et il m'a dit qu'on allait à la boulangerie.
    En entrant dans la cour extérieur du refuge j'ai tout de suite été frappée par le nombre affolant de chiens qui s'y trouvaient. Les mâles se jetaient littéralement sur moi, hurlant à la mort, me griffant les bras et les jambes, manquant de peu de me faire tomber tant j'étais petite et frêle. J'étais apeurée. Les femelles, toutes aussi nombreuses, étaient regroupées de l'autre côté d'un grillage qui séparait la cour en deux, et c'est vers elles que mon regard s'est rapidement tourné. J'ai attentivement observé l'enclos avec toutes ces chiennes qui se bousculaient autour de leurs gamelles vides. Puis mes yeux se sont posés sur toi. Tu étais allongée, comme à part, en retrait. Tu avais l'air ailleurs, calme, douce et si fragile à la fois. Tu avais un beau pelage fauve tâché de noir. Mon père, qui devait m'observer, a alors demandé au propriétaire du refuge si on pouvait te voir. Le monsieur est allé te chercher dans l'enclos, il t'a présenté à nous : nom, âge, caractère, santé, histoire. J'écoutais à peine, je t'admirais. "C'est elle que je veux." Nous sommes revenus le lendemain avec maman, qui n'était pas au courant. En te voyant elle a craqué, on est allé dans le bureau et mes parents ont discuté longuement avec le monsieur. Avant de partir j'ai insisté pour qu'on t'achète un jouet, un petit hérisson jaune. A notre sortie du refuge tu tirais très fort sur ta laisse, on aurait dit que c'était ta première promenade. Tu t'étranglais presque. Ton arrivée à la maison s'est très bien passée et tu as tout de suite été à l'aise avec nous. Le jardin te plaisait beaucoup, tu courais comme une folle autour des arbres, tu te rappelles ? On t'avait mis une grosse couverture à même le sol dans le salon en attendant de t'acheter un panier. Tu avais enfin trouvé ta famille et tu étais prête à oublier ton passé. Et moi je me suis empressée d'annoncer la nouvelle à ma seule amie de l'époque, ma maîtresse.

    Ta vie parmi nous.

    Mes impressions lors de notre rencontre s'étaient révélées être vraies. Tu étais très calme, douce, câline mais aussi faible... Très maigre à ton arrivée et atteinte d'une maladie que je ne comprenais pas à mon âge : des démangeaisons. Tu te grattais le ventre et l'intérieur des pattes arrières jusqu'au sang et c'était très dur à supporter pour moi. On a tout essayé et on a finit par te trouver un traitement (anti-acarien) et en supprimant les croquettes ça s'est arrangé. Tu as heureusement fini par prendre du poids et tu as appris à nous faire confiance. Ca n'a pas du être facile pour toi après avoir été maltraitée plusieurs années par tes anciens maîtres. Peu importe, chez nous tu as été heureuse et nous t'avons emmené partout avec nous. Tu as visité les quatre coins de la France et tu en as vu du monde ! Tu te souviens la première fois que tu as pris la route avec nous pour aller en vacances ? Tu as été malade... comme moi ! Mais les fois d'après ça allait mieux, on te donnait un cachet. A la maison, tu avais l'habitude de dormir dans la cuisine. Autrement, tu montais à l'étage et mon père n'aimait pas ça. La journée, ton panier était dans le salon ou alors tu faisais la sieste sur ton canapé de la véranda, car tu n'avais pas le droit de monter sur le nôtre. Tu aimais toujours autant le jardin et je te promenais presque tous les soirs avec maman dans la forêt. On allait jusqu'au pont, tu te souviens ?

    Notre relation.

    Tous les soirs avant de monter me coucher, alors que maman regardait encore la télé dans le salon, je m'allongeais près de ton panier et te faisais un gros câlin pendant 10 à 20 minutes. Puis maman me disait d'aller dormir, que demain il y avait école. Je n'ai jamais manqué à ce petit rituel. Certains soirs maman venait nous chercher à l'école mes frères et moi et tu étais là. Je t'apercevais au bout de la rue, maman détachait ta laisse et tu courais vers moi et me sautais dessus comme une folle. J'étais si fière et si heureuse. Je me confiais à toi comme à une amie, une soeur que je n'ai pas eue. Tu as du en entendre des bêtises ! Et les secrets d'une enfant solitaire... Pour moi tu étais plus qu'une chienne et je voyais bien que pour toi j'étais plus qu'une simple maîtresse. Lorsque j'étais en colonies pendant les vacances d'été ou en voyages scolaires, maman m'envoyait par colis des photos de toi et de jolies lettres me racontant tes journées sans moi. Elle me téléphonait aussi et elle me laissait te parler, tu te rappelles ? Tu me manquais tellement, mais je ne savais pas encore ce que signifiait le manque, le vrai.

    Ta disparition.

    Tu avais 10 ans et moi 14 lorsque, du jour au lendemain, tu as commencé à ne plus vouloir te lever. J'ai immédiatement compris que quelque chose de grave était en train de se passer. J'ai dit mes parents que tu n'étais pas bien, qu'il fallait aller voir ton vétérinaire, lui qui savait si bien faire... Mais ça a tardé et finalement quand nous y sommes allés il était parti en vacances. Nous sommes donc allés voir une autre vétérinaire, dans une clinique pas très loin. Elle ne savait pas ce que tu avais. Tu respirais très fort, tu ne te levais plus, tu semblais tellement souffrir... Elle nous a quand même rassurés en nous parlant d'un nouveau traitement miracle qu'elle allait te donner, une petite piqûre et tu as réussi à te remettre sur pieds dès notre sortie de la clinique. Il était très tard, nous sommes rentrés à la maison. Nous devions partir chez de la famille le lendemain, à une centaine de kilomètres de là. J'ai dit à mes parents d'y aller quand même, que je resterais veiller sur toi ce week-end, avec mon grand frère dans les parages. Si seulement j'avais su... Tu semblais allais mieux mais ce n'était qu'en apparences... Le lendemain à mon réveil je t'ai retrouvée étendue de tout ton long dans la cuisine, tu respirais fort et semblais à l'agonie. Il y avait du sang dans ton panier... J'ai appelé mon frère, paniquée, puis maman. Elle m'a rassurée au téléphone, elle n'avait pas l'air de comprendre à quel point c'était grave, elle m'a dit qu'elle allait appeler son amie pour qu'elle nous emmène à la clinique. Quelques minutes après, qui m'ont paru des heures, son amie et son mari son arrivés. Avant que je parte avec eux mon frère m'a caressé l'épaule, c'est la seule fois où il m'a porté un geste d'affection, il m'a dit que ça allait aller, et j'ai fondu en larmes. Pendant le trajet en voiture jusqu'à la clinique j'ai peu à peu repris mes esprits et je me suis dit que ça allait bien se passer. La vétérinaire allait lui refaire une piqûre et on serait rentrées en moins de deux. Arrivés à la clinique, la vétérinaire t'a tout de suite prise en charge et t'a branché plein de fils... Elle m'a chassé de la salle alors que j'ai demandé à rester. L'amie de ma mère m'a entraînée dans la salle d'attente. J'ai attendu, attendu, attendue, seule. La vétérinaire est venue face à moi après une vingtaine de minutes, je dirais, même si ça m'a paru des heures, encore une fois. Elle m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit "Je suis désolée, son petit coeur a lâché, il n'a pas tenu." J'ai fait "non" de la tête, je ne comprenais pas et je ne la croyais pas. Pour moi c'était inconcevable qu'on ne rentre pas ensemble à la maison. J'étais déboussolée. Alors je suis allée voir, te voir. C'était le seul moyen d'être sûre. Tu étais allongée sur la table de consultation, les yeux ouverts mais le regard vide. Je t'ai de suite caressée, j'ai souri, j'ai posé ma tête contre la tienne, je t'ai parlé tout doucement... Ma petite Nade... Je suis là... Puis l'amie de maman m'a emmenée à l'extérieure, de force, j'ai pleuré, je l'ai entendu parlé à maman au téléphone, je suis allée dans la voiture. Personne n'osait parlé. J'ai passé tout l'après-midi à attendre que mes parents rentrent et viennent me chercher chez l'amie. J'ai pleuré tout l'après-midi. J'ai réalisé. Tu étais partie. Tu m'avais abandonnée, ou bien était-ce moi qui t'avais abandonnée ? Quand maman est arrivée elle m'a serrée très fort, mon père aussi, il pleurait. J'imagine combien leur long retour en voiture, en sachant ta disparition, a du être difficile. Au dîné personne ne parlait, je pleurais. J'étais écoeurée. Maman retenait ses larmes mais on voyait qu'elle avait pleuré. Après ce court repas nous sommes allés à la clinique, mes parents et moi, pour te voir une dernière fois. La vétérinaire paraissait gênée. Elle nous a conduit à toi, dans une sorte de chambre froide. Tu n'avais pas changé depuis la dernière fois. Il faisait juste froid et ça sentait bizarre. Peu importe, je me suis jetée sur toi et j'ai pris ton oreille entre mes doigts, tu sais comme je te faisais tout le temps? Je t'ai frotté l'oreille et je t'ai fait un bisou. J'étais heureuse à ce moment, car tu étais près de moi. Maman pleurait, elle n'a rien dit. Mon père t'a dit que tu avais été une chienne merveilleuse et que tu allais nous manquer. J'ai enlevé ta médaille que depuis je porte en pendentif, mais je t'ai laissé ton collier. Je voulais que tu sois toujours ma petite Nade à moi, et sache que c'est toujours le cas. J'ai gardé précieusement tes cendres. J'en ai versé une partie dans un coin du jardin que tu aimais beaucoup, à côté de ta niche, tu vois? Souvent je pleure la nuit en pensant à toi même si aujourd'hui ça fait 6 ans. 6 ans sans toi c'est long, c'est une torture. Pardonne-moi d'avoir dit à mes parents d'aller en week-end et de ne pas rester avec moi auprès de toi. Pardonne-moi d'avoir été inconsciente, je m'en veux tellement. Je m'en voudrai toute ma vie. Tu es partie trop tôt et pour des raisons qui me sont encore inconnues. J'ai tant de rancoeur et tant de remords. Mais j'essaie de me dire que tu es en paix, que tu as été très heureuse et que tu te rappelles de nos 8 belles années passées ensemble.

    Je t'aime Nade, tu nous manques.

    Nade, mon ange-1.jpgNade, mon ange-nade-008.jpgNade, mon ange-nade-010.jpgNade, mon ange-nade-033.jpg

    Nade, 07/1997-10/2007
    Dernière modification par stroke ; 09/07/2013 à 03h49.

    •   Alt

      Publicité

      Publicité


       

  2. #2
    Habitué Avatar de Oxo
    Fonction
    Indépendant
    Messages
    818
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Quel hommage... Repose en paix jolie petite Nade
    Et quelle chance elle a eu d'avoir une maîtresse aussi attentionnée!
    stroke aime ça.

  3. #3
    Crabe Danseur Avatar de Daysie433
    Fonction
    Bénévole
    Localisation
    Basse Normandie
    Messages
    9 774
    Date d'inscription
    novembre 2008
    quel bel hommage si émouvant, j'en pleure..............repose en paix petite Nade et veille sur ta maîtresse qui t'aimait tellement

    courage je suis de tout coeur près de vous
    Dernière modification par Daysie433 ; 10/07/2013 à 07h33.
    stroke aime ça.

  4. #4
    Membre 3 étoiles
    Localisation
    grisolles 82000
    Âge
    62
    Messages
    3 330
    Date d'inscription
    mars 2010
    Magnifique hommage.Tendre et doux repos Nade,veille sur ton beau nuage sur ta famille
    stroke aime ça.

  5. #5
    Toujours à l'heure ! Avatar de Chinooka
    Localisation
    Belgique
    Âge
    68
    Messages
    5 610
    Date d'inscription
    octobre 2006
    Superbe hommage pour une si jolie fifille

    Tu verras, on n'oublie jamais le premier chien de sa vie, il garde une place particulière dans notre coeur durant toute notre vie même si on en aime très fort d'autres.

    D'après ce que tu écris, Nade a eu une famille qui l'aimait beaucoup et avec laquelle elle a eu une très belle vie, c'est la seule chose que tu dois garder avec tes souvenirs, tu n'as vraiment rien à te reprocher

  6. #6
    Membre 3 coeurs bleus Avatar de anniec
    Fonction
    Bénévole
    Association
    SPA Montbéliard
    Localisation
    Lembeye 64
    Messages
    6 600
    Date d'inscription
    août 2006
    Bel hommage.
    Stroke

 

 

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Chien