http://action.petafrance.com/ea-acti...cking.id=W2J5A Dans l'industrie lainière australienne, les éleveurs découpent d'énormes morceaux de peau de l'arrière-train des agneaux à l'aide d'instruments s'apparentant à des cisailles de jardinage, ou attachent des sortes de pinces à leur croupe jusqu'à ce que la peau morte tombe. Ce procédé primitif appelé le « mulesing » est une tentative malavisée de contrôler les myiases chez les moutons. C'est d'une cruauté abominable, et ce n'est même pas efficace. Des études récentes ont prouvé que les moutons traités avec des insecticides et ne subissant pas le mulesing démontrent une plus faible prévalence pour les myiases que ceux qui sont soumis aux mutilations du mulesing. Par ailleurs, les prestigieux créateurs de modes et les magasins de vêtements du monde entier, y compris Abercrombie & Fitch, H&M et Uniqlo, ont rejoint le mouvement consistant à ne pas acheter de laine provenant d'agneaux ayant subi le mulesing.
Cependant, en dépit des immenses efforts pour mettre fin au mulesing, l'industrie lainière australienne continue de trainer des pieds quand il s'agit d'arrêter les mutilations du mulesing. Plutôt que de concentrer ses efforts sur de bonnes pratiques d'élevage ainsi que des solutions humaines telles que l'élevage à l'arrière-train nu, elle autorise que des millions d'agneaux soient écorchés vifs chaque année.
Par ailleurs, de nombreux moutons rejetés par l'industrie lainière australienne sont entassés dans des bateaux d'exports et sont envoyés au Moyen-Orient. Les moutons qui survivent à ce terrifiant voyage sont souvent traîinés hors des camions par les oreilles et les pattes, ligotés et battus avant de se faire égorger alors qu'ils sont encore conscients.
Écrivez à la première ministre australienne Julia Gillard immédiatement et demandez-lui d'interdire les mutilations du mulesing. Exigez que seules des alternatives humaines et efficaces soient utilisées à la place, et demandez-lui de mettre fin à la cruelle industrie d'export d'animaux vivants.